lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’ONU met en garde contre une situation humanitaire extrêmement grave à Gaza

Ramallah, 12 décembre (Prensa Latina) L'ONU a mis en garde aujourd'hui contre la grave situation humanitaire dans la bande de Gaza en raison des incursions et bombardements israéliens constants, du déplacement de la population et du manque de nourriture et de médicaments.

Près de 1,9 million de personnes à Gaza, soit 85 pour cent de la population, sont déplacées à l’intérieur du pays, et certaines l’ont été à plusieurs reprises, a souligné l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Moyen-Orient (UNRWA) dans son dernier rapport sur la situation dans l’enclave.
« Les familles sont très vulnérables, car elles sont contraintes de se déplacer à plusieurs reprises en quête de sécurité », a dénoncé l’entité.
La surpopulation et les conditions insalubres dans de nombreux refuges ont entraîné une augmentation significative des maladies et affections transmissibles telles que la diarrhée et les infections respiratoires aiguës, a-t-elle indiqué.
L’UNRWA a souligné que seuls 13 des 36 hôpitaux de la bande de Gaza fonctionnent partiellement et peuvent accueillir de nouveaux patients, bien que les services soient limités.
Les deux principaux hôpitaux du sud de Gaza sont débordés, tout en étant confrontés à de graves pénuries de fournitures de base et de carburant, a souligné l’UNRWA.
« De sérieuses inquiétudes persistent concernant les maladies d’origine hydrique dues à la consommation de liquides provenant de sources insalubres, en particulier dans le nord, où l’usine de dessalement a été fermée », a-t-elle expliqué.
De grandes foules attendent pendant des heures autour des centres de distribution d’aide, ayant désespérément besoin de nourriture, d’eau, d’abris, de soins de santé et de protection, a-t-elle déploré.
Plus de 18 020 Palestiniens sont morts dans la bande de Gaza depuis le début des hostilités le 7 octobre, dont 70 pour cent de femmes et d’enfants, et 49 645 ont été blessés, a-t-elle précisé.
peo/livp/lam/rob

EN CONTINU
notes connexes