samedi 20 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Des gangs haïtiens forcent des otages à rejoindre leurs rangs

Port-au-Prince, 19 décembre (Prensa Latina) Des gangs opérant à Mariani, à l’entrée sud de la capitale haïtienne, enlèvent des citoyens pacifiques pour les forcer à rejoindre leurs rangs, une nouvelle stratégie qui sème aujourd’hui la panique.

Depuis le 1er novembre dernier, les groupes armés veulent contrôler la zone qui donne accès à la principale ville du pays et ce malgré les interventions policières pour les en empêcher.
La violence a provoqué le départ de centaines de familles, et au moins deux officiers et plusieurs résidents ont été tués.
La police a également abattu plusieurs membres de gangs et forcé d’autres à se retirer au cours de ses opérations.
C’est dans ce contexte que les gangs ont commencé à enlever des citoyens pour les utiliser à des fins criminelles, la plupart des chauffeurs de mototaxis opérant dans la région, selon plusieurs médias locaux.
Les groupes armés contrôlent actuellement plus de 80 % de cette capitale et étendent leur influence à des départements comme l’Artibonite, où plus de 1 600 personnes ont été tuées, enlevées ou blessées de juillet à octobre dernier, selon un rapport du Bureau intégré des Nations Unies en Haïti.
Pour sa part, le Haut Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme a déploré que, de janvier à octobre, la violence déclenchée par les gangs ait fait 3 970 morts, 1 432 blessés et 2 951 victimes d’enlèvements dans tout le pays.
peo/npg/Ane

EN CONTINU
notes connexes