samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Guterres : Gaza nécessite plus que la résolution du Conseil de sécurité

Nations Unies, 22 décembre (Prensa Latina) Le secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a affirmé aujourd’hui qu’il faut beaucoup plus que la résolution adoptée ce vendredi par le Conseil de sécurité face à l’ampleur de la crise à Gaza.

Un cessez-le-feu humanitaire est le seul moyen de commencer à répondre aux besoins désespérés de la population de l’enclave et de mettre fin à leur cauchemar en cours, a-t-il déclaré lors d’une conférence presse pendant que le Conseil de sécurité approuvait le projet de résolution.
J’espère que la résolution contribuera à ce que cela se produise finalement (le cessez-le-feu), mais il faut que cela soit beaucoup plus rapide, a-t-il ajouté.
Selon lui, une opération humanitaire efficace dans la bande de Gaza exige de la sécurité, du personnel capable de travailler en toute sérénité, des capacités logistiques et la reprise des activités commerciales.
«Le vrai problème est que la manière dont Israël mène cette offensive crée d’énormes obstacles à la distribution de l’aide humanitaire à Gaza», a-t-il reconnu.
Le secrétaire général de l’ONU a également mis en garde contre les propos de hauts responsables israéliens qui remettent en question la solution des deux États.
Aussi difficile que cela puisse paraître aujourd’hui, c’est la seule voie vers une paix durable, a-t-il manifesté.
Toute suggestion contraire nie les droits de l’homme, la dignité et l’espoir au peuple palestinien, alimentant la rage qui ressuscite bien au-delà de Gaza et nie également un avenir sûr à Israël, a-t-il ajouté.
À cet égard, le haut diplomate a plaidé pour la création de conditions permettant à l’Autorité palestinienne d’assumer ses responsabilités dans la bande de Gaza.
« C’est, à notre avis, la solution pour que les deux États deviennent réalité, et il y a de l’énergie dans notre projet », a-t-il concédé.
Le secrétaire général a déploré l’assassinat de 136 collègues de l’ONU à l’intérieur de l’enclave en 75 jours, «chose que nous n’avions jamais vue dans l’histoire des Nations Unies».
«J’honore les femmes et les hommes qui ont fait le sacrifice ultime, et je rends hommage aux milliers de travailleurs humanitaires qui risquent leur santé et leur vie à Gaza, y compris pendant que je vous parle», a-t-il manifesté.
Guterres a mis en garde contre les risques d’extension de la crise qui touchent la Cisjordanie, la Ligne bleue entre le Liban et Israël, tout en menaçant le transport maritime en mer Rouge.
Au-delà de la région immédiate, le conflit polarise les communautés, alimente les discours de haine et l’extrémisme, a-t-il affirmé.
À mesure que le conflit s’intensifiera, nous continuerons à jouer notre rôle, mais en même temps, il est impératif que la communauté internationale parle d’une seule voix : pour la paix, pour la protection des civils, pour la fin des souffrances et pour le compromis par la solution des deux États, a-t-il conclu.
peo/lam/ebr

EN CONTINU
notes connexes