mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Des membres du Congrès des États-Unis demandent à Biden de retirer Cuba de la liste des pays parrainant le terrorisme

Washington, 3 janvier (Prensa Latina) Les représentants démocrates du Massachusetts ont demandé au président des États-Unis Joe Biden de retirer Cuba de la liste des commanditaires du terrorisme, désignation émise à la fin de l’administration de Donald Trump, a révélé hier le journal The Hill.

Les membres du Congrès ont critiqué l’inclusion de Cuba par Trump dans cette liste arbitraire et unilatérale des États parrainant le terrorisme (SSOT) et ont exhorté Biden à la révoquer, a publié ce mardi un article dans le journal spécialisé dans les questions politiques et législatives.
« C’était une action vindicative prise par l’administration Trump en janvier 2021 quand il a quitté son poste, et cette politique aurait déjà dû changer », ont écrit les représentants démocrates Jim McGovern et Ayanna Pressley dans une lettre datant de décembre qui n’avait pas été rendue publique jusqu’à présent, selon le journal.
« De fait, Cuba et les États-Unis ont un accord de coopération bilatérale en matière de lutte contre le terrorisme », ont souligné les deux membres du Congrès dans leur lettre, également signée par les sénateurs Elizabeth Warren et Ed Markey, et les représentants Seth Moulton, Lori Trahan et Stephen Lynch.
Les démocrates ont également insisté sur les promesses de campagne non tenues par Biden concernant la révision de certaines des mesures coercitives prises par Trump (2017-2021) contre Cuba.
« En tant que candidat à la présidence, vous avez promis d’aborder un nouvel engagement avec Cuba et de revenir à la politique initiée sous l’administration Obama-Biden, et nous vous avons soutenu dans ce compromis », ont-ils rappelé à l’occupant actuel du Bureau ovale.
Trump a inscrit le pays des Caraïbes sur cette liste au cours de sa dernière semaine de mandat et cela a imposé de sévères restrictions à l’accès de l’île aux marchés financiers internationaux, ce qui limite sa capacité à faire des affaires avec d’autres pays et entités, qui sont obligés de choisir entre le commerce avec les États-Unis ou avec Cuba, a ajouté l’article.
« Bien qu’il existe de multiples raisons à la crise économique à Cuba, un facteur important qui contribue sans aucun doute sont les restrictions et les sanctions auxquelles sont confrontées les institutions financières internationales et d’autres entités parce que Cuba est sur la liste SSOT », ont averti les législateurs dans leur lettre.
Obama (2009-2017) avait retiré Cuba de la liste en 2015 après avoir admis que la nation caribéenne n’était pas un commanditaire d’actes terroristes.
« Nous reconnaissons que beaucoup de choses ont changé à Cuba et aux États-Unis depuis 2018, mais deux ans et demi après votre accès à la présidence, le nombre écrasant de sanctions imposées par votre prédécesseur, y compris l’inscription de Cuba sur la liste SSOT, sont toujours d’actualité », ont-ils déclaré.
Les membres du Congrès ont qualifié de « raison trompeuse de l’administration Trump» le prétexte utilisé pour réintégrer Cuba dans cette liste.
Ils ont rappelé que lors de sa visite aux États-Unis, le propre président colombien Gustavo Petro a personnellement demandé que Cuba soit retirée de la liste et souligné le rôle de la nation caribéenne dans la facilitation des négociations de paix dans son pays.
Les démocrates ont également mentionné dans leur lettre que le président mexicain, Andrés Manuel López Obrador, a demandé aux États-Unis de retirer Cuba de la liste susmentionnée lors de récents pourparlers bilatéraux sur la migration avec le secrétaire d’État nord-américain Antony Blinken.
« Les difficultés constantes auxquelles sont confrontés tous les secteurs de la société cubaine sont la force motrice qui pousse des dizaines de milliers de personnes à quitter leurs foyers et à migrer aux États-Unis », ont-ils souligné.
Par conséquent, ont-ils conclu, il va à l’encontre des intérêts directs des États-Unis de poursuivre les restrictions économiques collectives résultant du maintien de Cuba sur la liste SSOT.
peo/rgh/dfm

EN CONTINU
notes connexes