mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’Équateur accepte le soutien international de 38 nations face à la violence

Quito, 11 janvier (Prensa Latina) Le président de l’Équateur, Daniel Noboa, a révélé aujourd’hui que son gouvernement avait accepté le soutien international de 38 nations face au conflit armé interne que vit le pays andin.

Nous avons besoin d’un soutien militaire, en nombre de soldats, en renseignement, en artillerie et en équipement, a déclaré le mandataire dans des déclarations à la station FM Mundo.
Noboa a également répété avoir déclaré la guerre au terrorisme et ne pas être prêt de s’arrêter, et ce jusqu’à ce que la sécurité soit garantie dans toutes les régions de l’Équateur.
En ce moment, nous poursuivons nos opérations dans chaque province et nous capturons les terroristes. Il faut rétablir la paix pour relancer l’économie, a-t-il déclaré.
En se référant aux 178 personnes prises en otage dans les centres pénitentiaires du pays, Noboa a précisé que différentes opérations de sauvetage étaient en cours.
Des opérations dans lesquelles nous brisons également des chaînes de corruption, et dans lesquelles sont impliqués des fonctionnaires de l’État, de la fonction judiciaire, de la police nationale, a souligné le président.
De même, le chef de l’exécutif a mis en garde contre la surpopulation carcérale et a pris la décision de construire des prisons de haute sécurité.
Jeudi dernier, Noboa a présenté les plans approuvés pour la construction des nouvelles prisons de haute sécurité dans les provinces de Pastaza et Sainte-Hélène et a insisté sur le fait qu’il ne céderait pas aux terroristes.
Le 7 janvier dernier, le chef de la bande Los Choneros, Adolfo Macías (Fito), s’est évadé de la prison régionale de Guayaquil et, à la suite de cet événement, ont commencé une série d’actes violents dans les centres de privation de liberté et dans les villes du pays, notamment l’enlèvement et le meurtre de policiers.
peo/lam/nta

EN CONTINU
notes connexes