jeudi 18 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Cuba réclame plus d’espace pour les pays du Sud au sein des Nations Unies

Nations Unies, 30 janvier (Prensa Latina) Cuba a plaidé hier pour amplifier les voix du Sud global au sein des Nations Unies lors des débats préalables au Sommet du Futur qui se tiendra en septembre prochain.

Le représentant permanent de la nation caribéenne auprès de l’Organisation des Nations Unies (ONU), Gerardo Peñalver, a assuré que celle-ci devait par ailleurs défendre une réforme importante de l’architecture financière internationale.
Les changements proposés dans le Pacte du Futur, document principal de la prochaine rencontre, doivent essentiellement viser à instaurer un nouvel ordre économique international plus équitable, a déclaré Peñalver, qui est également premier vice-ministre des Affaires étrangères.
Selon le diplomate, sans ces changements, plusieurs pays en développement pourraient tomber dans le gouffre, ce qui déclencherait ensuite de nouvelles crises.
L’ordre international, tel qu’il est aujourd’hui, est injuste et ne reflète pas fidèlement la réalité actuelle, a souligné Peñalver en citant les institutions financières internationales et le Conseil de sécurité de l’ONU comme exemples évidents.
De la même manière que les Nations Unies ont défendu la décolonisation il y a des décennies, comprenant qu’enterrer un système injuste était un impératif moral, elles doivent aujourd’hui défendre une réforme importante de l’architecture financière internationale, a-t-il insisté.
Alors que les représentants des pays membres étudient le Pacte du Futur, le représentant cubain a reconnu qu’il s’agit du début d’un important processus.
Nous espérons que lors de nos prochaines consultations, la sensibilité aux principaux problèmes du monde prévaudra. Nous devrons également aborder dans nos délibérations la crise qui se déroule à Gaza, a-t-il ajouté.
Selon le diplomate cubain, la déclaration ne peut être discutée sans que ce sujet soit abordé alors que nous assistons actuellement à un génocide à Gaza.
La crédibilité de l’ONU est en jeu, a-t-il averti.
Le Sommet du Futur, prévu les 22 et 23 septembre 2024 lors de la semaine de haut niveau de l’Assemblée générale, focalisera ses débats sur le point critique du processus de réforme du multilatéralisme.
Cet événement majeur prévoit d’aborder des sujets tels que l’amélioration de la coopération, les lacunes dans la gouvernance mondiale ainsi que la réaffirmation des engagements existants, notamment les objectifs de développement durable et la Charte des Nations Unies.
peo/jha/ebr

EN CONTINU
notes connexes