samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Près d’une centaine de disparitions en mer Méditerranée en 2024

Nations Unies, 30 janvier (Prensa Latina) Près d’une centaine de personnes sont mortes ou ont disparu dans la zone centrale de la mer Méditerranée en 2024, soit le double que lors de la même période l’année dernière, prévient aujourd’hui l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Selon l’organisation, le nombre annuel de morts et de disparitions de migrants dans toute la Méditerranée est passé de deux mille 48 en 2021, à deux mille 411 en 2022 et à trois mille 41 à la fin de l’année dernière.
L’Organisation a déclaré que le rythme croissant des déplacements pourrait battre les records de 2023, l’année la plus meurtrière en mer Méditerranée depuis 2016.
En réponse, l’OIM, en collaboration avec d’autres agences des Nations Unies et des partenaires humanitaires, travaille sur des recommandations pour fournir une aide humanitaire aux personnes en danger et aborder la tragédie de tous ceux qui risquent leur vie.
La semaine dernière, l’organisation a estimé son plan d’intervention pour 2024 à 7,9 milliards de dollars pour protéger les migrants, réduire les déplacements et élargir les voies de migration légale.
L’initiative lancée vise à attirer des fonds de gouvernements, d’entreprises du secteur privé et de donateurs individuels compte tenu de l’évidence que la migration bien gérée est un important facteur de prospérité et de progrès mondial.
La directrice de l’OIM, Amy Pope, a déclaré que ce financement soutiendra à la fois les immigrants et les communautés d’accueil, alors que le nombre de personnes forcées de quitter leur foyer a atteint les 117 millions fin 2022, dont le nombre record de 71 millions de personnes déplacées de force dans leur propre pays.
« La migration irrégulière et forcée a atteint des niveaux sans précédent et les défis auxquels nous sommes confrontés sont de plus en plus complexes », a averti Pope en annonçant l’appel annuel de l’organisation.
Face à ces statistiques, l’OIM travaille à planifier la migration future plutôt qu’à réagir aux vagues de migration.
« Être uniquement réactif signifie que plus de gens meurent et sont exploités pendant qu’ils migrent. Cet appel nous permettra de sauver plus de vies et de travailler ensemble de manière plus responsable », a-t-elle déclaré.
Selon les chiffres de l’entité, quelque 281 millions de migrants internationaux, des travailleurs manuels aux employés de bureau, génèrent près de 10 pour cent de la production économique mondiale.
Cependant, des migrants désespérés entreprennent des voyages périlleux pour plus de liberté, échapper à la pauvreté ou chercher de meilleurs emplois face aux défis tels que le changement climatique, les conflits et les difficultés économiques.
Le projet Migrants Disparus estime qu’au moins 60 000 personnes sont mortes ou ont disparu lors de voyages dangereux au cours des neuf dernières années, comme les traversées de l’Afrique du Nord vers l’Europe à travers la Méditerranée.
peo/lam/ebr

EN CONTINU
notes connexes