lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Bukele lance un avertissement aux États-Unis

San Salvador, 26 février (Prensa Latina) Le président du Salvador, Nayib Bukele, a lancé hier sur le réseau social X un avertissement aux États-Unis concernant le financement de leur gouvernement en imprimant de l’argent sans aucun soutien.

Le président a souligné une partie de son discours à la Conférence politique d’action conservatrice (CPAC) où il a abordé la politique fiscale aux États-Unis et comment ses connaissances conservateurs estiment que le problème de l’économie américaine est des impôts élevés.
Le gouvernement des États-Unis peut-il continuer à imprimer des quantités illimitées d’argent à partir de rien ?, a questionné le président centre-américain lors de sa participation à la CPAC récemment tenue à Washington.
Les impôts élevés, a-t-il estimé, ne sont pas ceux qui financent le gouvernement aux États-Unis. Alors qui finance le gouvernement ? Le gouvernement est financé par des obligations émises par le Département du Trésor. Sur papier. Qui achète ces obligations ? Principalement la Réserve Fédérale. Et comment la Réserve fédérale l’achète-t-elle ? Elle imprime de l’argent, a-t-il déclaré.
Et quel soutien la Réserve Fédérale a-t-elle pour l’argent qu’elle imprime ? Eh bien, les Bons du Trésor eux-mêmes. En substance, le gouvernement est financé par l’argent qu’il imprime à partir de rien, a-t-il déclaré.
On pourrait se demander : Eh bien, si le gouvernement imprime de l’argent à partir de rien, alors pourquoi prélever des impôts ?, a-t-il manifesté.
La théorie serait logique, n’est-ce pas ? S’ils peuvent imprimer de l’argent illimité. Pourquoi ont-ils besoin d’impôts ? La réponse, a-t-il déclaré, est simple, mais choquante : le vrai problème est qu’ils paient des impôts élevés, seulement pour maintenir l’illusion qu’ils financent ainsi le gouvernement, ce qui n’est pas vrai.
C’est choquant, mais c’est vrai. Le gouvernement est financé par l’argent qu’il imprime. Un papier soutenu par un autre papier, a-t-il ajouté.
« C’est une bulle qui finira par éclater», a-t-il averti. Le cas est bien pire qu’il n’y paraît. Si la plupart des étasuniens et du reste du monde prenaient conscience de cette farce, ils perdraient toute confiance dans leur monnaie. Le dollar tomberait et avec lui la civilisation occidentale, a estimé Bukele.
peo/npg/lb

EN CONTINU
notes connexes