samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La FAO assure que l’ensemble de la population de Gaza souffre de la faim à des degrés divers

Nations Unies, 28 février (Prensa Latina) Près de 2,2 millions de personnes à Gaza sont dans une situation de crise alimentaire ou pire, chiffre considéré comme le pourcentage de population en situation d'insécurité alimentaire aiguë le plus élevé jamais enregistré, a déclaré hier la FAO.

Lors d’une session du Conseil de sécurité de l’ONU, le directeur général adjoint de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), Maurizio Martina, a assuré que le nombre de Gazaouis en phase trois ou supérieure de classification de la faim représente un record jamais connu pour l’organisation.
Environ la moitié de la population est en situation d’urgence (phase quatre) et au moins un ménage sur quatre souffre de conditions catastrophiques ou proches de la famine (phase cinq), a ajouté le représentant.
Les graves restrictions sur les expéditions de carburant provoquent une paralysie du fonctionnement des infrastructures d’eau et d’assainissement ainsi que des usines de dessalement, de la production et de la livraison des produits alimentaires de base et de la fourniture d’électricité, a-t-il averti.
Par ailleurs, la pénurie d’eau potable persiste dans l’enclave, où environ 97 % du liquide vital situé sous la surface de la terre n’est pas propre à la consommation humaine.
Le directeur adjoint de la FAO a reconnu que la capacité des boulangeries à produire du pain a été gravement entravée et que 46,2 pour cent de toutes les terres cultivées sont endommagées.
Le directeur exécutif adjoint du Programme alimentaire mondial (PAM), Carl Skau, a pour sa part mis en garde contre une famine imminente au nord de l’enclave.
Il a appelé à une action immédiate pour permettre une augmentation du volume de nourriture et d’autres fournitures humanitaires arrivant dans cette zone, où le PAM a dû arrêter ses opérations en raison du manque de conditions requises.
Les agences des Nations Unies ont demandé de garantir le respect du droit international humanitaire et de permettre l’entrée à Gaza de denrées alimentaires essentielles, d’électricité, de carburant et de gaz de cuisine, y compris par le secteur privé.
En outre, elles ont appelé à la protection et à la restauration des infrastructures et services vitaux, à la levée des restrictions sur l’activité de pêche et à permettre l’accès aux terres agricoles.
Les agences de l’ONU ont enfin appelé à des efforts concertés pour mettre complètement fin à ce conflit de manière urgente.
peo/livp/jha/ebr

EN CONTINU
notes connexes