dimanche 14 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Conseil de sécurité annonce une séance d’urgence après l’attaque meurtrière d’Israël à Gaza

Nations unies, 29 février (Prensa Latina) Le Conseil de sécurité de l’ONU se réunira aujourd’hui en session d’urgence après l’attaque israélienne qui a fait plus d’une centaine de victimes alors que la population attendaient l’arrivée d’une aide humanitaire à Gaza.

La rencontre, prévue à 16h15 (heure locale) à huis clos, a été convoquée par l’Algérie pour discuter de l’incident mortel rapporté jeudi dans le nord de l’enclave où des milliers de personnes attendaient la distribution de ladite aide.
Selon des informations parues dans la presse, les militaires israéliens ont attaqué la foule qui cherchait désespérément à se procurer de la nourriture dans la rue Al-Rashid de la ville de Gaza.
Selon l’agence de presse Wafa, les forces d’occupation et leurs chars ont ouvert le feu à la mitrailleuse sur des milliers de citoyens du nord de la bande de Gaza qui attendaient l’arrivée de camions chargés d’aide humanitaire.
L’armée israélienne a déclaré dans un communiqué que les coups de feu n’avaient fait que 10 morts et a estimé que le reste avait été causé par la foule déchaînée.
Selon la version de Tel-Aviv, la ruée des Palestiniens qui tentaient d’atteindre les camions avec de l’aide aurait elle-même provoqué des dizaines de morts.
Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a condamné cet acte et a réitéré ses appels en faveur d’un cessez-le-feu humanitaire immédiat et de la libération inconditionnelle de tous les otages.
Il a également appelé à des mesures urgentes pour que l’aide humanitaire critique puisse parvenir à la bande de Gaza et à tous ceux qui en ont besoin.
« Les civils désespérés de Gaza ont besoin d’une aide d’urgence, y compris ceux du nord assiégé, où l’ONU n’a pas été en mesure de fournir de l’aide depuis plus d’une semaine », a déclaré son porte-parole.
Il a également mis en garde contre le coût humain tragique du conflit dans l’enclave, qui a fait plus de 30 000 morts, plus de 70 000 blessés, et ce sans compter un nombre inconnu de personnes gisant sous les décombres.
peo/lam/ebr

 

EN CONTINU
notes connexes