samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Venezuela propose à CELAC d’envoyer des observateurs lors de l’élection présidentielle

Kingstown, 3 mars (Prensa Latina) Le président Nicolás Maduro a demandé vendredi à la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC) d’évaluer la possibilité d’envoyer au Venezuela une délégation d’observateurs internationaux pour les élections présidentielles de 2024.

Intervenant lors du VIIIe Sommet des Chefs d’État et de Gouvernement de la CELAC, le mandataire bolivarien a également adressé l’invitation au secrétariat général des Nations Unies, dont le secrétaire général António Guterres assistait en tant qu’invité au rendez-vous du bloc régional à Saint-Vincent-et-les Grenadines.
Je demande à la CELAC de participer au processus de préparation, de réalisation et de déroulement des élections présidentielles « à partir de ce jour et jusqu’au moment où les élections auront lieu », a souligné Maduro.
Le chef d’État a invité à venir voir la vérité d’un pays qui a « perfectionné son système de consultation politique et électoral », au-delà de la manipulation, des pressions impériales et géopolitiques.
Le Venezuela se prépare à tenir des élections « absolument fiables, transparentes » et avec un système électoral que « je voudrais que la CELAC connaisse » et puisse divulguer au-delà des manipulations, des déformations et des mensonges, a-t-il manifesté.
Il a noté que cette année il s’agira de la 31e élection en 25 ans au Venezuela, et a dit croire que son pays a l’un des taux les plus élevés de processus électoraux et consultatifs de l’histoire électorale des trois dernières décennies sur le continent et dans le monde.
Il est dit chaque jour, a-t-il déclaré, qu’il y a une tyrannie au Venezuela, que les droits civils et politiques sont violés, et je dénonce une campagne permanente pour essayer de «justifier l’injustifiable» quant à la République bolivarienne.
Il a rappelé l’accord récemment signé à l’Assemblée nationale, qui impliquait 43 partis politiques représentant l’ensemble du pays, ainsi que des mouvements et des secteurs des affaires, des courants religieux, des cultes et des intellectuels.
Le président a souligné que ce pacte pose les bases des garanties complètes pour un processus électoral « totalement fiable » qui se tiendra au second semestre de cette année.
Ce vendredi, la direction du Parlement et les députés des différents groupes législatifs ont remis à la présidence du Conseil national électoral un document de consensus pour évaluation et prise de décisions.
peo/oda/jcd

EN CONTINU
notes connexes