dimanche 14 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Chargé d’affaires des États-Unis convoqué à Cuba

La Havane, 18 mars (Prensa Latina) Le Ministère des Affaires Étrangères de Cuba (Minrex) a convoqué aujourd’hui le Chargé d’Affaires des États-Unis à La Havane, Benjamin Ziff, pour protester contre la conduite d’ingérence de son gouvernement.

Selon la communication publiée sur le site internet du Minrex, le vice-ministre Carlos Fernández de Cossío a formellement fait part au fonctionnaire étasunien du rejet ferme de la conduite injurieuse et des messages calomnieux de Washington et de son ambassade à Cuba quant aux affaires intérieures de la réalité cubaine.
En remettant une note officielle de protestation, il a été rappelé à Ziff les normes minimales de décence et d’honnêteté attendues d’une mission diplomatique dans n’importe quel pays et que l’ambassade des États-Unis à Cuba est incapable d’observer, est-il souligné.
Il a également été souligné que ce bureau et son personnel étaient tenus de se comporter conformément aux règles de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques.
La responsabilité directe du gouvernement des États-Unis quant à la situation économique difficile que connaît Cuba, et en particulier aux carences et aux difficultés auxquelles la population est confrontée quotidiennement, sous le poids et l’impact du blocus imposé par Washington depuis plus de 60 ans a été rappelé au diplomate nord-américain.
La volonté affichée du Gouvernement des États-Unis de limiter et d’entraver tous les efforts déployés par l’État cubain pour trouver des solutions et répondre aux besoins économiques et sociaux du pays a été condamnée.
Le plan déstabilisateur et son exécution sont évidents aux yeux de tous, a souligné la communication du Minrex, qui a dénoncé le financement millionnaire du renforcement d’une guerre économique impitoyable pour provoquer et exploiter l’irritation naturelle de la population cubaine.
Le Minrex a déclaré qu’une telle politique dispose d’une puissante infrastructure technologique pour exploiter les réseaux numériques à partir du territoire des États-Unis et à des fins agressives, avec la complicité d’importants médias de la grande presse nord-américaine et internationale.
Ces actions sont soutenues par des mercenaires basés principalement dans le sud de l’État de Floride aux États-Unis, dont le seul mode de vie est l’industrie de l’agression contre Cuba, a-t-il souligné.
Le ministère des Affaires étrangères a par ailleurs signalé que si le Gouvernement des États-Unis avait un minimum de préoccupations honnêtes quant au bien-être de la population cubaine, il retirerait Cuba de la liste arbitraire des États qui soutiennent le terrorisme.
Et il mettrait également fin à la persécution des approvisionnements en combustible que le pays caribéen doit importer; il cesserait de poursuivre chaque transaction financière cubaine dans le monde et mettrait fin à la persécution brutale des programmes de coopération médicale de Cuba au niveau international.
Tout comme il cesserait d’intimider les hommes d’affaires, les touristes, les artistes et toute personne qui sent l’intérêt et le droit d’interagir avec le peuple cubain.
peo/ro/evm

EN CONTINU
notes connexes