jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Personne ne fera taire la voix du Sud global, déclare le président de Prensa Latina

La Havane, 18 mars (Prensa Latina) La solidité de l'agence latino-américaine d'information Prensa Latina (PL) sur la scène médiatique internationale en fait une cible d'attaques de la part de groupes hégémoniques mondiaux, a estimé hier son président, Luis Enrique González.

Suite au rapport sur la cyberattaque contre ce média annoncé hier, González a confirmé aux journalistes de l’agence que personne ne fera taire la voix de Prensa Latina qui depuis 65 ans défend le Sud Global.
Le président de Prensa Latina a rappelé qu’il ne s’agit pas de la première tentative de déstabilisation contre l’agence qui, tout au long de son histoire, a été confrontée à des menaces et à des actes hostiles.
À cet égard, González a mentionné que des documents déclassifiés de l’Agence centrale de renseignement (CIA) et du Bureau d’enquête Fédéral (FBI), tous deux états-uniens, considéraient que Prensa Latina était l’une des armes les plus dangereuses nées à Cuba.
Depuis sa création en 2012, la chaîne YouTube de PL a accumulé 64 500 abonnés, avec une croissance dynamique en 2023 avec plus de 32 000 nouveaux abonnés, a-t-il expliqué.
L’année dernière, la chaîne a cumulé neuf millions 669 mille visites, a ajouté González.
Des collègues des agences Xinhua, de Chine, Spunitk, de Russie, Azertac, d’Azerbaïdjan et de Tv Brics, du bloc d’intégration fondé par le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud, ont réagi immédiatement hier en condamnant l’attaque contre la chaîne de PL.
Sur l’île des Caraïbes, le président de la Casa de las Américas, Abel Prieto, s’est joint à la plainte dans un message de solidarité publié sur le réseau social X.
L’intellectuel cubain a déclaré que c’était la réponse typique du fascisme à ceux qui défendent la vérité et les causes populaires.
En appelant à s’opposer au fascisme, Prieto a condamné cet acte qui attaque un média qui défend les justes causes du peuple, presque toujours réduit au silence par les grands médias mondiaux.
Selon le communiqué de Prensa Latina, le compte de messagerie associé à la chaîne YouTube susmentionnée a été piraté et modifié samedi dernier, à la place duquel apparaît désormais une société états-unienne.
La société plagiaire s’appelle MicroStrategy et conserve des données sur la date d’ouverture de la chaîne, les visites et les abonnés accumulés similaires à celles de Prensa Latina TV.
Le conseil d’administration de l’agence Prensa Latina, qui compte des correspondants dans plus de 40 pays et génère quotidiennement quelque 400 dépêches, a ratifié son engagement en tant que Voix du Sud, conformément à ses principes fondateurs.
L’attaque sournoise dans le cyberespace révèle la consolidation de Prensa Latina sur la scène médiatique internationale, affirme le communiqué de l’agence qui exhorte le géant d’entreprise Google à enquêter sur ce qui s’est passé et à prendre des mesures pour rétablir sa chaîne YouTube.
peo/livp/jha/ale/lld

EN CONTINU
notes connexes