jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Blocus des États-unis contre Cuba : EFG International, l’avant-dernière victime

Washington, 21 mars (Prensa Latina) Une banque privée suisse est peut-être aujourd’hui l’avant-dernière victime (jamais la dernière) de l’extraterritorialité du blocus économique, commercial et financier que le Gouvernement des États-Unis applique de toute sa force contre Cuba.

L’EFG International a accepté de payer un montant approximatif de 3,7 millions de dollars pour se libérer des accusations selon lesquelles l’institution bancaire suisse aurait violé les mesures coercitives imposées par les États-Unis au pays caribéen et à des individus d’autres nations qui, selon Washington, font partie d’une liste noire unilatérale.
Le Département du Trésor nord-américain a signalé le « viol ». Entre 2014 et 2018, l’EFG, basé à Zurich, aurait traité 868 transactions pour des clients à Cuba et pour un citoyen chinois figurant sur cette liste.
Un article publié dans le Wall Street Journal a noté que l’EFG, qui compte environ 40 filiales mondiales, a également traité cinq paiements l’année dernière pour une autre personne visée par les sanctions imposées contre la Russie à l’étranger.
Les transactions prétendument illicites s’élevaient à 30,4 millions de dollars, a souligné le Bureau du contrôle des avoirs étrangers du Trésor nord-américain (OFAC).
En juin, EFG disposait d’environ 146,5 milliards de francs suisses (165,7 milliards de dollars) d’actifs sous gestion. L’entité offre une gamme de services financiers, y compris la banque, l’investissement, la gestion d’actifs et le courtage en valeurs mobilières aux clients institutionnels et aux particuliers dans le monde entier.
Un porte-parole de la banque a expliqué dans un e-mail que la société a fait des divulgations à l’OFAC en 2017 et 2023.
Dans l’immédiat, l’EFG a également restreint les comptes des clients figurant sur ladite liste noire en vertu des sanctions nord-américaines.
Dans le calcul de l’amende, l’OFAC a tenu compte de la communication par EFG « des violations présumées et de sa coopération substantielle, y compris par une enquête interne visant à identifier l’exposition des clients aux sanctions nord-américaines », a détaillé le journal.
L’affaire met en évidence les risques auxquels sont confrontées les banques ayant des clients mondiaux et des comptes généraux aux États-Unis, a déclaré l’OFAC.
Mais ce n’est pas la première fois qu’une banque suisse apparaît dans une affaire de représailles pour avoir violé les lois du blocus en vigueur depuis plus de six décennies contre Cuba.
Il y a une liste de banques suisses qui ont payé des millions d’amendes pour cette raison.
Malheureusement, c’est un autre exemple irréfutable de la façon dont les États-Unis imposent leurs lois extraterritoriales et tentent de contrôler avec qui les institutions dans différentes parties du monde peuvent ou ne peuvent pas opérer.
Tant que ce blocus est maintenu, EFG International ne sera que l’avant-dernière victime.
peo/Jha/dfm

EN CONTINU
notes connexes