mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le président du Mexique souligne l’importance de traiter les causes de migration

Mexico, 26 mars (Prensa Latina) Le président du Mexique, Andrés Manuel López Obrador, a affirmé aujourd’hui que soutenir les gens dans leur lieu d’origine réduit considérablement le flux migratoire et a remis en question le refus des États-Unis d’affecter des fonds à cet objectif.

Se référant à des accords avec des pays comme la Colombie et l’Équateur, et anciennement le Venezuela, par lesquels le Mexique rapatrierait des migrants vers ces pays avec un soutien économique, le mandataire a exprimé sa conviction que seul le soutien à ces personnes peut diminuer un tel flux.
Mais cela nécessite des ressources, et c’est ce que les gouvernements étasuniens n’ont pas voulu faire : allouer des fonds pour soutenir les administrations d’Amérique latine et des Caraïbes, a déclaré le dirigeant lors de sa conférence de presse matinale habituelle depuis le Palais national.
Parmi les objectifs de la mesure, Lopez Obrador a mentionné la protection des migrants, exposés à des risques de toutes sortes, y compris des enlèvements, des assassinats et des viols pendant leur traversée jusqu’à la frontière nord-américaine, et ainsi aider les pays à empêcher leurs habitants de quitter leurs territoires par nécessité.
Nous aidons de notre mieux, selon nos possibilités, et c’est pourquoi cette décision a été prise, a déclaré le président en précisant que même si ce n’est pas une question de chiffres ou de quantité, le Mexique consacre environ quatre milliards de dollars à la lutte contre le phénomène migratoire.
Toujours en termes d’efficacité, mais surtout pour des raisons humanitaires, il est préférable d’aider les gens à travailler dans leurs villages et communes et c’est ce que nous faisons. Mais cela est questionné, parce que les conservateurs ne savent rien de plus que vouloir résoudre tout par la force, a-t-il ajouté.
Selon lui, il est très difficile de convaincre un législateur nord-américain que les problèmes des migrations et celui de la drogue dépendent fortement de l’examen des causes et ne peuvent être résolus par l’usage de la force ou par des mesures coercitives.
« Comment voulez-vous résoudre le problème ? En militarisant la frontière, avec des prisons, avec des lois plus sévères. Ils ne pensent pas que s’il y a du travail et du bien-être les gens vivent heureux et que la migration et la violence diminuent », a déclaré le président.
Il est plus facile pour eux de consacrer beaucoup d’argent à la guerre que le peu nécessaire pour faire face au flux migratoire, a souligné Lopez Obrador, en insistant sur le fait que son pays progresse dans ce domaine et que des initiatives telles que celles mentionnées ont permis de réduire le nombre de migrants.
peo/ro/las

EN CONTINU
notes connexes