mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

ONU : le blocus des États-Unis contre Cuba viole le droit international et les droits humains

La Havane, 2 avril (Prensa Latina) Des experts de l’ONU qualifient le blocus contre Cuba de violation du droit international et des droits humains de son peuple, a assuré aujourd’hui une source officielle.

Selon le site Cubaminrex (du ministère des Affaires étrangères de l’île), cette position a été exprimée par les rapporteurs spéciaux du Conseil des droits de l’homme de l’Organisation des Nations unies (ONU) sur le droit à l’alimentation, le droit au développement, l’extrême pauvreté et l’impact négatif des mesures coercitives unilatérales sur la jouissance des droits de l’homme.
Ce groupe d’experts a formellement considéré que la politique d’encerclement économique des États-Unis contre l’île constitue une grave violation du droit international, des principes de non-intervention dans les affaires intérieures, de l’égalité souveraine des États et de l’obligation de régler les différends par des moyens pacifiques.
Selon la source, le communiqué des rapporteurs spéciaux de l’ONU a été révélé la veille après le délai de 60 jours de confidentialité depuis son envoi en janvier dernier au gouvernement des États-Unis.
La lettre conjointe des experts de l’ONU indique que les mesures coercitives unilatérales appliquées par les États-Unis contre Cuba constituent de graves violations des droits humains du peuple cubain, y compris son droit à la vie et à l’alimentation.
Le document souligne les graves conséquences de la restriction de l’accès de Cuba au financement des programmes de développement agricole et rural, ainsi que de la réhabilitation et de la modernisation des équipements et infrastructures agricoles.
Il souligne également que l’augmentation des coûts de transport des importations et l’annulation des contrats de transport maritime, en raison du blocus, ont également entravé la mise en œuvre des projets de l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).
Selon Cubaminrex, le document demande instamment au gouvernement des États-Unis de faire rapport sur les mesures qu’il prend pour garantir que le droit international et les droits de l’homme du peuple de l’île des Caraïbes ne continuent pas d’être violés du fait de cette politique.
Le gouvernement de Washington n’a pas encore répondu aux interpellations du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, précise la source.
peo/mem/lld

 

EN CONTINU
notes connexes