lundi 20 mai 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La vice-présidente de l’Équateur pourrait être sanctionnée

Quito, 4 avril (Prensa Latina) Le secrétaire de Communication de la Présidence de l'Équateur, Roberto Izurieta, a affirmé hier que « les mesures pertinentes » seront prises après les déclarations de la vice-présidente, Verónica Abad, à l’encontre du président Daniel Noboa.

Selon Izurieta, aucun ambassadeur ne peut s’exprimer contre le gouvernement, et Abad est actuellement chef de la mission diplomatique équatorienne en Israël suite à un choix et une décision de Noboa.
Il y a quelques jours, la vice-présidente a déclaré que l’arrestation de son fils Francisco Sebastián Barreiro en Équateur, soupçonné de trafic d’influence, était un coup porté à son encontre.
« Ce qu’ils veulent, c’est m’écarter pour que je n’occupe pas la présidence du pays », a-t-elle déclaré dans une interview en référence à la possibilité d’assumer temporairement la fonction de chef de l’État pendant que le président actuel demande une permission pour postuler et se concentrer sur la campagne pour une éventuelle réélection.
Ce sera « le ministère des Affaires étrangères qui prendra les mesures pertinentes », a déclaré Izurieta.
Parce qu’elle a rang d’ambassadrice, sur désignation du président Noboa, les fonctions d’Abad sont actuellement régies par la loi organique du service extérieur et ces fonctionnaires ne peuvent faire de déclarations publiques sans l’autorisation de la plus haute autorité de l’institution, c’est-à-dire de la ministre des Affaires étrangères, Gabriela Sommerfeld.
Les sanctions peuvent varier selon la gravité : avertissement verbal ou écrit, amende, suspension, disponibilité et destitution.
peo/livp/rgh/avr

EN CONTINU
notes connexes