samedi 18 mai 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’ONU tire la sonnette d’alarme face à l’escalade du conflit au Myanmar

Nations Unies, 5 avril (Prensa Latina) Le Myanmar accumule aujourd'hui des chiffres alarmants d'insécurité, de pénurie d'eau et de manque de nourriture qui suscitent des appels de l'ONU au respect des droits de l'homme et de la vie des civils.

Selon les estimations de l’agence, 18,6 millions de personnes dans ce pays asiatique auront besoin de soins de santé d’urgence en 2024.
Dans le même temps, 9,7 millions de femmes et de filles ont besoin d’un soutien vital, alors que les interruptions de scolarité ont touché 12 millions d’élèves au cours des trois dernières années.
En 2023, le pays a connu une augmentation stupéfiante de 270 % du nombre de morts et de blessés dus aux mines terrestres et aux restes explosifs de guerre par rapport à 2022, avec plus d’un millier de victimes signalées dans tout le pays.
La population reste exposée aux combats continus entre l’armée du Myanmar et l’armée d’Arakan, avec d’intenses bombardements aériens, notamment dans les zones résidentielles.
De nombreuses personnes sont confrontées à des pénuries d’eau à l’approche des semaines les plus sèches de l’année, a déclaré jeudi le porte-parole du secrétaire général, Stéphane Dujarric, dans un point sur le contexte national.
L’insécurité alimentaire est également une préoccupation majeure en raison de la croissance vertigineuse des prix et de l’approvisionnement extrêmement limité des marchés dans de nombreuses régions.
L’ONU estime que l’escalade continue du conflit depuis 2021 atteint les plus hauts niveaux de violence.
Selon Lisa Doughten, directrice de la Division du financement et des partenariats au Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU, 2,8 millions de personnes ont été déplacées, dont 90 pour cent depuis la prise de pouvoir par l’armée.
La faim s’étend à travers le pays et il existe un risque de malnutrition chez les enfants et les femmes enceintes, a-t-elle déclaré la veille lors d’une réunion du Conseil de sécurité.
Pour sa part, le sous-secrétaire général pour le Moyen-Orient, l’Asie et le Pacifique des Départements des Affaires politiques, Khaled Khiari, a jugé vital de mettre fin à la campagne militaire de violence et de répression politique dans ce pays asiatique.
Toute solution à la crise actuelle au Myanmar nécessite des conditions permettant à la population d’exercer librement et pacifiquement ses droits humains, a-t-il déclaré.
Le haut responsable a insisté sur l’inquiétude de l’ONU quant à l’intention des militaires de procéder à des élections.
Le pays, a-t-il averti, est devenu un épicentre mondial de la production de méthamphétamine et d’opium, parallèlement à une expansion rapide des opérations de cyber-arnaque mondiale, en particulier dans les zones frontalières.
« Ce qui a commencé comme une menace de criminalité régionale en Asie du Sud-Est est aujourd’hui une crise généralisée de trafic d’êtres humains et de commerce illicite avec des implications mondiales », a-t-il noté.
peo/livp/jha/ebr

EN CONTINU
notes connexes