samedi 18 mai 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Au moins 40 membres du Congrès des États-Unis demandent l’arrêt des livraisons d’armes à Israël

Washington, 9 avril (Prensa Latina) Au moins 40 membres du Congrès démocrate ont demandé au président des États-Unis, Joe Biden, d'arrêter ce qu'il a refusé de faire jusqu'à aujourd'hui : stopper l'envoi d'armes vers Israël.

Des membres du Capitole, dont l’ancienne présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi, ont envoyé une lettre à Biden lui demandant d’arrêter les livraisons d’armes à leur allié du Moyen-Orient, en particulier après le meurtre « par erreur » de sept travailleurs humanitaires de l’organisation World Central Kitchen.
Les législateurs ont écrit : À la lumière de la récente attaque contre des travailleurs humanitaires et de l’aggravation de la crise humanitaire (à Gaza), nous pensons qu’il est injustifiable d’approuver ces livraisons d’armes.
La complicité de l’administration Biden avec Israël dans sa guerre à Gaza complique la campagne électorale du Parti démocrate, dont les activités sont interrompues par la poursuite de manifestations à travers les États-Unis.
Un article publié ce dimanche dans le quotidien The New York Times a souligné que dans des lieux aussi divers qu’une église historique de Caroline du Sud ou le Radio City Music Hall de Manhattan, le président Biden a été hué par des manifestants qui s’opposent à son soutien à Israël.
Biden a récemment adopté une position plus dure envers le gouvernement israélien ; cependant, les armes états-uniennes continuent d’affluer vers Tel-Aviv.
Entre les États-Unis et Israël, il existe un accord d’aide militaire de 38 milliards de dollars datant de l’ère Barack Obama (2009-2017) et qui s’étend jusqu’en 2026.
Aujourd’hui, ce programme d’aide militaire, qui garantit à Israël 3,3 milliards de dollars par an pour acheter des armes, ainsi que 500 millions de dollars supplémentaires par an pour la défense antimissile, est devenu un point de discorde pour l’administration Biden.
Le président, malgré ses critiques désormais un peu plus osées à l’égard d’Israël, résiste à imposer des limites à l’aide militaire états-unienne.
peo/livp/lam/dfm

EN CONTINU
notes connexes