samedi 18 mai 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Appel à sauver l’année scolaire en Haïti face à la spirale de la violence

Port-au-Prince, 10 avril (Prensa Latina) L'Association des parents d'élèves de Haïti a appelé à sauver l'année scolaire affectée par la spirale de violence que connaît aujourd'hui la capitale du pays dirigée par des gangs.

Elle a exprimé son inquiétude car les élèves se retrouvent en pleine année scolaire obligés de rester chez eux pour éviter d’être victimes d’attaques ou de balles perdues.
L’association espère que les mesures nécessaires seront adoptées pour faciliter la reprise des cours, tout en reprochant au ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle de ne toujours pas modifier le calendrier.
Les dirigeants de cette structure réclament également un front commun de tous les acteurs éducatifs pour permettre la reprise effective des cours.
L’Association des Parents d’Haïti a rappelé que le nombre de jours d’école doit être d’au moins 200, pour que cela en vaille la peine et aider les enfants à sauver leur année scolaire.
Dans ce contexte, le Ministère de l’Éducation Nationale et de la Formation Professionnelle d’Haïti a condamné le pillage et l’incendie d’écoles et universités par les gangs qui contrôlent 80 pour cent de Port-au-Prince.
« Attaquer et incendier des écoles et des universités, détruire des archives, détruire du matériel scolaire et universitaire, c’est détruire les principaux membres d’une société », souligne un communiqué publié par le ministère susmentionné.
Ce que font les gangs, c’est détruire le pilier central d’une maison qui permet à toute la société de rester ferme pour préparer l’avenir des enfants, des jeunes et d’un pays, souligne le texte.
Le ministère a appelé à l’unité pour protéger les écoles, réitérant que le droit des enfants à l’éducation doit être protégé à tout moment.
Le journal Haïti Libre rappelle que le nombre d’écoles contraintes de fermer a augmenté en Haïti. Fin janvier, quelque 900 écoles ont été temporairement fermées, privant quelque 200 000 enfants de leur droit à l’éducation.
peo/livp/mem/joe

 

EN CONTINU
notes connexes