samedi 18 mai 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le système de santé de Gaza détruit, déclare l’OMS

Ramallah, 12 avril (Prensa Latina) Le système médical autrefois solide de la bande de Gaza est maintenant détruit par les attaques israéliennes, a dénoncé aujourd’hui le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Sur son compte du réseau social X, il a critiqué les destructions causées par les troupes israéliennes dans la ville gazaouie de Khan Yunis, où plusieurs hôpitaux ont été fortement endommagés.
Une équipe de l’OMS qui s’est rendue dans la ville pour évaluer les installations sanitaires a qualifié la destruction de « disproportionnée par rapport à tout ce que l’on peut imaginer », a-t-il déclaré.
Aucun bâtiment ni route n’est intact, il n’y a que des débris et de la terre, a-t-il souligné.
Il a également signalé que les hôpitaux Nasser, Al-Amal et Al-Khair avaient été mis hors service en raison des hostilités et des dégâts causés.
« Ces installations n’ont ni oxygène, ni eau, ni électricité, ni système d’assainissement, l’équipe a constaté que l’entrepôt du complexe médical Nasser, qui alimente de nombreux centres de santé du sud (du territoire), était en feu et gravement endommagé », a-t-il souligné.
Adhanom Ghebreyesus a déclaré que l’incendie avait détruit la plupart des approvisionnements, y compris une quantité substantielle de médicaments essentiels fournis par l’OMS et ses partenaires.
Jusqu’à récemment, le centre Nasser était l’épine dorsale du système de santé dans le sud de Gaza et Al-Amal était l’un des rares hôpitaux à offrir des services aux mères et aux enfants, mais il s’agit maintenant de décombres, a-t-il déploré.
Cette semaine, l’OMS a de nouveau condamné la destruction de l’hôpital Al-Shifa, le plus grand hôpital de la bande de Gaza, à la suite d’une opération militaire israélienne.
« Les scènes dans ce centre médical sont déchirantes : des salles gravement endommagées, des lits brûlés, des équipements détruits, des cadavres dans des tombes peu profondes à l’extérieur », a noté l’OMS sur son compte en X.
Le mois dernier, les troupes israéliennes ont assiégé et attaqué pendant près de deux semaines le complexe médical au motif que des centaines de miliciens du Mouvement de résistance islamique (Hamas) et du Jihad islamique s’y cachaient.
Le gouvernement de Benyamin Nétanyahou a affirmé qu’environ 200 d’entre eux avaient été tués et des centaines capturés, mais les autorités sanitaires et ces groupes ont démenti ces allégations et accusé les militaires d’attaquer des médecins et des patients.
peo/Jha/rob

EN CONTINU
notes connexes