samedi 18 mai 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Les résultats du référendum en Équateur sont décrits comme un triomphe populaire

Quito, 23 avril (Prensa Latina) Des représentants d'organisations politiques en Équateur ont qualifié dimanche la défaite du référendum sur les questions liées au travail horaire et à l'arbitrage international comme un triomphe du peuple.

Bien que la proposition du président Daniel Noboa semble l’emporter sur la plupart des questions, la présidente du mouvement Révolution citoyenne (RC), Luisa González, a affirmé qu’empêcher ce type de travail et d’arbitrages externes stoppe l’exécutif dans ses intentions.
Le peuple a mis un frein à Noboa et à un gouvernement devenu totalitaire et qui n’a pas pris de décisions cohérentes, a déclaré l’ancienne candidate à la présidentielle.
Elle a réitéré que le processus consultatif n’était pas nécessaire, car les questions concernant la sécurité, approuvées par les citoyens, sont déjà traitées au Parlement.
La violence ne se traite pas seulement par des lois, elle se traite par une réduction de la pauvreté et de l’emploi, et ces problèmes ne sont pas résolus par le président Noboa, a souligné González lors d’une conférence de presse dimanche soir.
L’ancien président équatorien Rafael Correa, leader de RC, a rappelé que l’actuel président avait alloué 60 millions de dollars pour une consultation inutile, au cours de laquelle, heureusement, l’approbation du travail horaire et de l’arbitrage international avaient été empêchés.
C’est une victoire populaire, mais la situation dans le pays est une tragédie, a déclaré Correa, qui a décrit Noboa comme un « aspirant dictateur » et a déclaré qu’il n’aurait plus aucun moyen de justifier un éventuel échec de sa stratégie de sécurité.
D’autre part, le président du mouvement Pachakutik, Guillermo Churuchumbi, a reconnu qu’il s’agit d’une victoire pour le peuple équatorien qui n’a pas approuvé une régression des droits comme le souhaitait le gouvernement.
Nous voulons la stabilité, un travail permanent et la sécurité de l’emploi, a déclaré Churuchumbi.
peo/livp/npg/avr

EN CONTINU
notes connexes