samedi 18 mai 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La violence persiste en Équateur malgré l’état d’urgence

Quito, 29 avril (Prensa Latina) La violence persiste actuellement en Équateur malgré la militarisation et l'état d'urgence à nouveau décrété par le président Daniel Noboa le 19 avril dernier.

Samedi soir, trois personnes sont mortes et deux ont été blessées lors d’une fusillade dans une clinique de réadaptation de la ville de Guayaquil, dans la province côtière de Guayas.
Selon les autorités, le centre de santé fonctionnait dans la clandestinité et a été fermé après les événements.
Auparavant, sept hommes avaient été massacrés dans la ville de Nobol, dans cette même juridiction, alors qu’ils circulaient en tricycle et avaient été surpris par des coups de feu ; leurs corps ont été jetés entre la route et les champs de riz.
La police soupçonne que les victimes faisaient partie d’un gang criminel voué à l’extorsion.
Malgré la déclaration d’un conflit armé interne, les états d’urgence et les soldats dans les rues, la violence ne s’arrête pas dans cette nation sud-américaine, avec des meurtres, des fusillades, des extorsions, des enlèvements et des mutineries dans les prisons.
Dimanche dernier, lors de la journée de vote de la consultation populaire et du référendum, les Équatoriens ont approuvé neuf questions concernant des problèmes de sécurité et en ont rejeté deux liées au travail horaire et à l’arbitrage international.
Les résultats des élections ont reflété l’inquiétude des citoyens face à l’insécurité.
Les juristes estiment que Noboa n’aura désormais plus d’excuses pour mettre fin à l’insécurité, tout en prévenant que la mise en œuvre des propositions de consultation ne sera pas d’une grande utilité si des mesures sociales ne sont pas adoptées pour réduire les inégalités.
peo/livp/oda/nta

EN CONTINU
notes connexes