samedi 18 mai 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Cuba alerte sur le coût humanitaire de l’invasion israélienne au sud de Gaza

La Havane, 7 mai (Prensa Latina) Le ministre des Affaires étrangères de Cuba, Bruno Rodriguez, a averti aujourd’hui du coût sans précédent pour la population palestinienne si l’offensive israélienne se poursuit vers le sud de la bande de Gaza.

Le ministre a dénoncé sur le réseau social X le fait que le gouvernement génocidaire israélien persiste dans son offensive terrestre contre la ville de Rafah, et ce y compris à l’encontre des recommandations de ses alliés.
Rodriguez a averti qu’une telle action aurait des coûts sans précédent pour la population de Gaza qui souffre déjà énormément et entraînerait le déplacement de milliers de Palestiniens.
L’appel du ministre des Affaires étrangères cubain a lieu alors que des sources journalistiques affirment que les Forces de défense israéliennes (FDI) ont pris le contrôle du côté palestinien du passage vers la ville de Rafah.
Selon la chaîne de télévision Al Jazeera, l’incursion dans ce territoire des FDI a interrompu la circulation des personnes et l’entrée de l’aide humanitaire dans l’enclave palestinienne par les points de passage de Rafa et de Kerem Shalom, fermés la veille par la partie israélienne.
Le Cabinet de guerre israélien a décidé de poursuivre son invasion de cette partie du territoire palestinien qui a servi de refuge à des milliers de civils déplacés par des bombardements aveugles et des incursions terrestres dans le nord de l’enclave depuis le 7 octobre 2023.
L’hostilité du gouvernement de Tel-Aviv a causé la mort de plus de 34 000 personnes, pour la plupart des enfants, des femmes et des personnes âgées, ainsi que la destruction presque totale de l’infrastructure dans le nord de Gaza.
Ces actions ont suscité la condamnation internationale d’Israël qui n’a toujours pas entendu la demande de cessez-le-feu de ses propres alliés, y compris les États-Unis, qui continuent pourtant à fournir à l’armée agresseur des munitions et du matériel de guerre.
peo/ro/lld

 

EN CONTINU
notes connexes