samedi 18 mai 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’ONU considère essentielle une augmentation des fonds pour faire face à la crise au Yémen

Nations Unies, 7 mai (Prensa Latina) Les Nations Unies (ONU) ont appelé hier à davantage de soutien au travail humanitaire au Yémen, avertissant que 18 millions de personnes dans le pays ont besoin d'aide.

Une déclaration commune de 190 organisations, dont d’importantes entités des Nations Unies, a assuré que le manque de financement constitue un défi à la continuité des programmes humanitaires, entraînant des retards, des réductions et des suspensions de programmes d’assistance vitale.
Selon les chiffres publiés par l’ONU, l’appel humanitaire 2024 pour cette nation a reçu à peine 400 millions de dollars sur les 2,7 milliards nécessaires, ce qui représente environ 16 pour cent.
La déclaration commune demande de ne pas ignorer les besoins importants qui persistent et qui ne peuvent être satisfaits sans un financement adéquat.
Le Yémen se trouve à la croisée des chemins, ont déclaré les signataires, rappelant que les conditions humanitaires se sont légèrement améliorées suite à la trêve négociée par l’ONU en avril 2022 et à sa poursuite.
Cette pause a permis d’évoluer vers des programmes visant à renforcer la résilience et à promouvoir des solutions durables en abordant les facteurs qui déterminent les besoins, ont-ils ajouté.
Aujourd’hui, les besoins humanitaires sont motivés par le déclin économique, la détérioration des services publics et des infrastructures, les déplacements de populations et les catastrophes liées au climat, a prévenu la note.
Dans le même temps, la propagation de l’insécurité alimentaire menace d’augmenter les taux de malnutrition, notamment chez les femmes enceintes et allaitantes, les personnes âgées et les enfants, ainsi que la propagation du choléra pendant la saison des pluies en cours.
Le communiqué met également en garde contre d’autres conséquences du conflit sur les civils, telles que les violations continues du droit international humanitaire et du droit international ainsi que la présence de restes explosifs qui provoquent des morts, des blessés, des déplacements de civils, entre autres.
La note a été publiée quelques heures seulement avant la sixième réunion de hauts fonctionnaires sur le Yémen, prévue ce mardi à Bruxelles dans le but de faire face à la crise à laquelle le pays est confronté.
peo/livp/jha/ebr

 

EN CONTINU
notes connexes