dimanche 16 juin 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Cuba prône une réforme intégrale de l’architecture financière mondiale

La Havane, 31 mai (Prensa Latina) Le vice-président cubain Salvador Valdés a plaidé en faveur d'une réforme profonde et globale de l'architecture financière internationale lors de la IVe Conférence internationale des petits États insulaires en développement (PEID), qui s'est terminée hier.

Selon des informations publiées sur le site Internet du ministère des Affaires étrangères (Minrex) de Cuba, Valdés était à la tête de la délégation cubaine qui a participé à l’événement à Antigua-et-Barbuda depuis le 27 mai dernier.
Il a mis en garde contre les conséquences désastreuses de l’ordre économique et financier international actuel et de l’augmentation spectaculaire de la dette extérieure, et a exhorté à ce que les intérêts légitimes des PEID soient pris en compte, a détaillé la source.
Le vice-président est intervenu lors du débat général de la Conférence et de la Réunion de haut niveau sur la mobilisation des ressources pour les PEID, tous deux présidés par le Premier ministre d’Antigua-et-Barbuda, Gaston Browne, et en présence du secrétaire général des Nations Unies, António Guterres.
Valdés y a dénoncé l’impact négatif du blocus économique, commercial et financier imposé par les États-Unis à Cuba et de l’inscription de l’île sur la liste unilatérale de Washington des États commanditaires du terrorisme, notamment en ce qui concerne la stratégie nationale de développement et la réalisation des Objectifs de développement Durable.
Il a également réitéré la volonté de mettre à la disposition des PEID les 17 projets de coopération promus par Cuba lors de sa présidence du Groupe des 77 et de la Chine l’année dernière.
Les participants à la réunion ont abordé les conditions particulières des PEID en termes d’accès au financement concessionnel, de lutte contre le changement climatique, de viabilité de la dette, de réduction des risques de catastrophe, de renforcement des systèmes de santé et d’éducation, entre autres questions, a résumé le Minrex.
Dans le cadre de la Conférence, plus de 170 événements parallèles ont été organisés et Cuba a participé activement à plusieurs de ces espaces, essentiellement liés aux domaines de la santé, de la gestion de l’eau, de la transition énergétique, de la coopération culturelle, des investissements et autres, a noté le ministère de l’île.
À la fin de la Conférence, un plan d’action équilibré et positif a été adopté pour la prochaine décennie, appelé « Agenda d’Antigua-et-Barbuda pour les PEID », a souligné le ministère cubain des Affaires étrangères.
peo/livp/npg/ebe

EN CONTINU
notes connexes