dimanche 14 juillet 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Selon Hongrie le conflit ukrainien est une guerre entre la Russie et l’Occident

Prague, 31 mai (Prensa Latina) Le conflit en Ukraine est une guerre entre la Russie et l'Occident, avec la médiation de cette ex-république soviétique dépourvue de souveraineté, a estimé le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, cité hier par la télévision de cette capitale.

Par conséquent, pour une solution pacifique, qui doit déterminer un système de sécurité pour les années à venir, des pourparlers entre la Russie et les États-Unis sont nécessaires, a déclaré le chef du gouvernement magyar dans des déclarations à la chaîne de télévision tchèque XTV.
Les négociations décisives ne se dérouleront pas précisément entre la Russie et l’Ukraine, mais entre les États-Unis et la Russie, a assuré le dirigeant hongrois.
Si les États-Unis et l’Europe refusaient de fournir des armes et de l’argent à l’Ukraine, la confrontation aurait pris fin, a déclaré Orban, faisant référence à l’opération de guerre ordonnée en février 2022 par le président Vladimir Poutine pour selon lui protéger la population russophone de la région du Donbass.
L’Ukraine n’est plus un État indépendant et elle est incapable à elle seule de mener la guerre, puisque les rênes de ce conflit sont contrôlées par l’Occident à travers Kiev, c’est pourquoi, à la fin, il y aura des pourparlers entre les États-Unis et la Russie, a déclaré le Premier ministre hongrois.
Pour Orban, un accord entre la Russie et les États-Unis concernant les hostilités sur le sol ukrainien pourrait déterminer l’ordre mondial de la sécurité dans les années à venir, tout comme cela s’est produit après la Seconde Guerre mondiale (1939-1945).
Depuis le début de la confrontation, l’Occident a fourni des armes à l’Ukraine pour plus de 165 milliards de dollars et récemment le Congrès nord-américain a approuvé une autre aide de plus de 63 milliards de dollars, tandis que l’Union européenne entend quant à elle fournir 50 milliards supplémentaires.
peo/livp/npg/To

EN CONTINU
notes connexes