dimanche 14 juillet 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Une agence de l’ONU prévient qu’il existe à Gaza un avenir incertain pour les enfants

Genève, Suisse, 24 juin (Prensa Latina) Une génération entière d'enfants à Gaza risque d'être condamnée à la pauvreté, à la haine et au ressentiment, a averti aujourd'hui le commissaire général de l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens (Unrwa).

L’ Unrwa, chargée d’assurer l’éducation, la santé et d’autres services essentiels à Gaza, en Cisjordanie et dans d’autres pays voisins, est visée par des attaques israéliennes incessantes alors que « les pressions sur l’agence sont aujourd’hui plus importantes que jamais », a ajouté le représentant de l’agence lors d’une réunion dans cette ville.
Selon Lazzarini, l’entité risque de s’effondrer en raison du manque de financement et des menaces constantes contre ses installations, dont 180 ont déjà été endommagées ou détruites depuis le 7 octobre.
Au moins 500 personnes sont mortes depuis lors alors qu’elles cherchaient une protection sous le drapeau de l’ONU et 193 autres membres de l’Unrwa ont également été tués dans le conflit.
« Nos convois ont été attaqués malgré le mouvement coordonné avec les autorités israéliennes en Cisjordanie ; l’espace opérationnel se réduit », a-t-il prévenu.
Le représentant de l’Unrwa a décrit Gaza comme un enfer en vie pour plus de deux millions de personnes, pour lequel il a demandé un soutien afin de maintenir le travail de ce qui est considéré comme le principal acteur humanitaire dans la bande.
Des enfants continuent de mourir de malnutrition et de déshydratation, et ce alors que de la nourriture et de l’eau potable attendent dans des camions à l’extérieur de l’enclave.
Selon le haut représentant, plus de 625 000 jeunes vivent à Gaza, profondément traumatisés au milieu des décombres et sans accès à l’éducation.
« Environ 300 000 d’entre eux étaient inscrits dans près de 290 écoles de l’ Unrwa avant la guerre, mais ceux qui ne vont pas à l’école courent désormais le risque de violence et d’exploitation, de travail forcé, de mariages précoces et de recrutement par des groupes armés », a-t-il insisté.
Le commissaire général a exigé une intervention décisive pour reprendre l’éducation, sinon, a-t-il ajouté, « nous condamnerons toute une génération à la pauvreté et nous sèmerons les graines de la haine, du ressentiment et des conflits futurs ».
peo/livp/mem/ebr

 

EN CONTINU
notes connexes