dimanche 14 juillet 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le général putschiste a ordonné de tirer sur la population en Bolivie

La Paz, 30 juin (Prensa Latina) Le ministre du Gouvernement (Intérieur) bolivien, Eduardo del Castillo, a assuré aujourd’hui que l’ancien chef de l’armée Juan José Zúñiga avait ordonné de tirer sur la population lors du coup d’État manqué de mercredi dernier.

« Monsieur Zúñiga avait même donné l’ordre de tirer sur les gens qui se trouvaient à proximité du Palais Quemado et de la Grande Maison du Peuple », a déclaré Del Castillo dans une interview accordée à la chaîne d’État Bolivia Tv.
Il a indiqué que le commandant de la 8e division, selon certaines enquêtes, lui avait dit qu’il ne respecterait pas cet ordre et que Zuniga l’avait menacé de le relever de ses fonctions.
Au cours de l’occupation de la place Murillo mercredi par des centaines de soldats appuyés par des tanks, 14 personnes ont été blessées par des balles tirées par des militaires et plusieurs blessés ont nécessité une intervention chirurgicale.
L’action militaire se préparait depuis environ le mois de mai. On sait que les militaires chauffeurs de tanks ont suivi un cours de conduite dans les zones urbaines, a notamment déclaré Del Castillo.
Zúñiga, l’ex-commandant de l’armée de l’air Marcelo Zegarra, l’ancien chef de la marine Juan Arnez et le civil Aguilar faisaient partie du cercle de planification et d’exécution du putsch.
À ce jour, 21 personnes ont été arrêtées et Zúñiga, Arnez et l’ancien commandant de la division mécanisée de Viacha Edison Iraola ont été placés en détention provisoire pendant six mois.
Del Castillo soutient que l’enquête se poursuivra jusqu’à ce soit retrouvés tous les auteurs intellectuels et matériels de la rébellion militaire.
Un récent aveu de l’ex-commandant de l’armée de l’air Segarra, publié par la chaîne de télévision DTV, précise que, selon Zúñiga, il était soutenu par l’ambassade des États-Unis à La Paz, celle de la Libye et celle de la Communauté européenne.
peo/jcm/jpm

EN CONTINU
notes connexes