dimanche 14 juillet 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Chine ne permettra pas à des tiers de calomnier ses relations avec Cuba

Beijing, 3 juillet (Prensa Latina) La porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Mao Ming, a déclaré aujourd’hui lors d’une conférence de presse à Pékin que la Chine ne permettrait pas à des tiers de calomnier les relations de son pays avec Cuba.

En réponse à une publication du Wall Street Journal, selon laquelle il y aurait des stations d’écoute dans des bases militaires chinoises sur l’île, elle a déclaré que «nous avons pris note du rapport et du fait que le vice-ministre des Affaires étrangères de Cuba, Carlos Fernández de Cossío, a déclaré que celui-ci n’avait aucun fondement. Les prétendues bases militaires chinoises n’ont jamais existé et n’ont jamais été vues par personne »
Mao a souligné que même l’ambassade des États-Unis sur l’île ne croit pas en l’amitié, la camaraderie et la fraternité entre les deux peuples.
Elle a souligné que la coopération entre la Chine et Cuba est solennelle et prioritaire. Elle est ouverte et directe, elle n’est pas dirigée contre un tiers et la calomnie ne sera jamais acceptée ni permise, comme celle diffamatoire et malveillante de ce rapport, a-t-elle manifesté.
La porte-parole a exhorté Washington à cesser de s’ingérer dans les affaires intérieures de la nation caribéenne et a dénoncé le blocus économique, commercial et financier imposé à Cuba depuis plus de 60 ans par la Maison Blanche.
« Le rapport mentionne Guantánamo, qui est la preuve évidente de plus d’un siècle d’occupation illégale de Cuba par les États-Unis. Les États-Unis ont imposé le blocus et les sanctions contre Cuba depuis plus de 60 ans, ce qui a provoqué de grandes catastrophes pour le peuple cubain », a-t-elle souligné.
Elle a également dénoncé le maintien de la Major des Antilles par les États-Unis sur la liste unilatérale de Washington des États qui parrainent prétendument le terrorisme.
« Jeter de la boue sur les autres ne soulagera pas ses propres crimes. Les États-Unis doivent faire le contraire. Cesser d’interférer dans les affaires intérieures de Cuba. Retirer immédiatement Cuba de la liste des soi-disant États commanditaires du terrorisme. Lever le blocus et les sanctions contre Cuba », a-t-elle conclu.
peo/mem/elr

EN CONTINU
notes connexes