dimanche 14 juillet 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La coordinatrice de l’ONU à Gaza préoccupée par les ordres d’évacuation

Nations Unies, 3 juillet (Prensa Latina) La coordinatrice humanitaire des Nations Unies (ONU) pour Gaza, Sigrid Kaag, a considéré hier comme alarmants les nouveaux ordres d'évacuation d'Israël pour les civils à Khan Yunis, où se réfugiaient des milliers de personnes déplacées.

« Je suis profondément préoccupée par les informations faisant état de nouveaux ordres émis dans la région de Khan Younis et de leur impact sur la population civile », a déclaré la représentante avant la réunion du Conseil de sécurité destinée à analyser le contexte humanitaire dans l’enclave côtière.
Selon Kaag, plus de 1,9 million de Palestiniens ont été contraints de quitter leurs foyers depuis le 7 octobre dans la bande de Gaza, où aucun endroit n’est sûr et où l’accès à une aide humanitaire suffisante est impossible.
« Derrière chaque statistique se cache une histoire humaine d’espoir, de dignité et d’aspirations. Lors de mes visites à Gaza, je rencontre des voix qui font écho à une seule et déchirante question : nos souffrances cesseront-elles un jour ? », a-t-elle déploré.
Selon les Nations Unies, les ordres militaires israéliens d’évacuer la région de Khan Yunis concernent près de 250 000 personnes restées à Al-Qarara, Bani Suhaila et dans d’autres localités proches de la ville.
Les civils palestiniens ont été plongés dans un abîme de souffrance, leurs maisons et leurs vies ont été détruites, leurs vies perturbées, a déploré la diplomate néerlandaise.
« La guerre n’a pas seulement créé la plus profonde des crises humanitaires. Cela a déclenché un tourbillon de misère humaine», a-t-elle ajouté.
Elle a par ailleurs confirmé des réunions avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et d’autres responsables israéliens pour obtenir de nouveaux engagements « visant à accélérer la livraison de fournitures essentielles pour l’eau, l’assainissement, la gestion des déchets et les besoins médicaux et éducatifs ».
Cependant, tant la représentante des Nations Unies que les ambassadeurs du Conseil de sécurité ont mis en doute la volonté d’Israël d’augmenter le flux de fournitures à l’intérieur de la bande de Gaza.
« Depuis le début de l’opération militaire israélienne à Rafah et la fermeture ultérieure du poste frontière début mai, le volume de l’aide entrant et distribué à Gaza a considérablement diminué », a signalé Kaag.
Dans le même temps, l’activité militaire et le manque de routes sûres à l’intérieur de Gaza continuent d’affecter les opérations tandis que la criminalité augmente, a-t-elle déclaré en évoquant les images de fournitures accumulées au terminal de Kerem Shalom.
« L’ONU a appelé Israël à trouver des solutions permettant d’acheminer l’aide en toute sécurité. L’aide doit parvenir aux civils palestiniens à Gaza », a-t-elle manifesté.
peo/livp/ro/ebr

EN CONTINU
notes connexes