dimanche 14 juillet 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Haïti veut éviter les erreurs du passé avec les troupes étrangères

Port-au-Prince, 4 juillet (Prensa Latina) Le gouvernement haïtien a autorisé la présence de troupes étrangères pour pacifier le pays, mais a demandé d’éviter les erreurs du passé qui sont encore aujourd’hui dans la mémoire de la population de cette nation caribéenne.

Garry Conille, Premier ministre de transition d’Haïti, a exhorté les troupes kényanes à respecter la dignité des citoyens locaux.
« Notre histoire avec des interventions étrangères est pleine d’expériences différentes. Certaines ont apporté la stabilité, mais d’autres ont violé les droits de l’homme, ce qui nous remplit de souvenirs douloureux», a déclaré Conille.
Il faut travailler en harmonie avec les Haïtiens, mettre en œuvre les mécanismes de sécurité, mais conformément à la dignité et au respect de notre peuple, pour ne pas répéter les erreurs du passé, a demandé Conille lors d’une séance au Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies (ONU) sur la situation du pays caribéen.
Une étude réalisée par le magazine International Peacekeeping a révélé que plus de 2 000 femmes en Haïti, dont un grand nombre de mineures, ont été victimes d’abus sexuels de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah) de 2004 à 2017.
Au cours de son séjour, quelque 265 enfants ont été conçus entre ses soldats et des femmes haïtiennes, et beaucoup de ces grossesses ont résulté de viols.
Les enfants nés de ces relations, consentants, payés ou abusifs, sont connus sous le nom de « petit Minustah » ou « bébés casques Bleus ».
L’enquête a même révélé que des filles d’à peine 11 ans avaient été maltraitées par des militaires envoyés par l’ONU, dans certains cas en échange de pièces de monnaie ou d’une assiette de nourriture.
Les allégations concernaient directement des soldats de différents pays, mais les plus cités étaient les troupes de l’Uruguay, du Brésil, du Chili et de l’Argentine, dans ce même ordre.
«Des filles de 11 ans ont été violées par les Casques bleus et jetées dans la misère où elles ont dû élever seules leurs enfants », a souligné le rapport publié par Peacekeeping.
Non seulement des filles sont tombées enceintes, mais beaucoup ont été contaminées par le VIH/sida.
Une autre polémique liée à la présence de troupes étrangères en Haïti est liée à une épidémie de choléra qui a éclaté en 2010 et fait plus de 9 000 morts.
peo/arc/joe

EN CONTINU
notes connexes