dimanche 14 juillet 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Colombie dit au revoir à huit articles en plastique à usage unique

Bogotá, 8 juillet (Prensa Latina) Depuis hier, huit articles en plastique à usage unique quitteront la chaîne de consommation et de production colombienne, une première étape vers l'interdiction de la majorité de ces biens jetables d'ici quelques années.

Selon des déclarations de la ministre de l’Environnement et du Développement durable, Susana Muhamad, la mesure est conforme à l’esprit de la loi 2232 de 2022, dont la mise en œuvre éliminera progressivement la fabrication et la commercialisation de certains de ces produits utilisés par de larges secteurs de la société.
Selon la ministre, l’objectif de la réglementation est que d’ici 2030 tous les plastiques produits et consommés soient inclus dans un processus d’économie circulaire, c’est-à-dire qu’ils puissent être absorbés par la chaîne industrielle et que les plastiques non recyclables soient éliminés.
Actuellement, a-t-elle averti, un million de tonnes de plastique finissent chaque année dans l’environnement, en particulier dans les plans d’eau, ce qui constitue l’un des problèmes ayant le plus grand impact sur la biodiversité dans le monde.
Elle a réitéré que la première étape de la loi a commencé à s’appliquer à partir d’hier, de sorte que les pailles pour boissons quitteront le marché.
Sera également interdite la commercialisation des sacs utilisés pour emballer, charger ou transporter des colis et des marchandises, à l’exception de ceux qui sont réutilisables ou à usage industriel, ainsi que ceux qui servent à emballer les journaux, les magazines, la publicité, les factures et ceux utilisé dans les blanchisseries pour emballer les vêtements lavés.
Cependant, Muhamad a noté qu’il existe des alternatives à ces outils prévues par le cadre juridique et l’une d’elles est que les matériaux alternatifs qui remplacent la fonction de ceux décrits précédemment soient 100 pour cent compostables à température ambiante, c’est-à-dire qu’ils peuvent se dégrader biologiquement en formant du compost.
L’autre est que le plastique peut continuer à être utilisé, à condition qu’il soit entièrement et reconnu recyclable et qu’il soit issu de la chaîne de production nationale.
Elle a également indiqué que l’Autorité Nationale des Licences Environnementales sera l’entité qui garantira le suivi et la supervision de ces licences qui seront dûment certifiées.
peo/livp/oda/ifs

 

EN CONTINU
notes connexes