mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Russie dénonce l’élaboration de nouvelles provocations contre la Syrie

Moscou, 6 juillet (PL) La Russie a dénoncé l’élaboration de nouvelles provocations pour accuser le gouvernement syrien d’une action avec des substances toxiques dans la province orientale de Gutta, dans le but d’ensuite justifier une agression externe. (Prensa Latina Radio).

La porte-parole de la Chancellerie russe, Maria Zajarova, a indiqué que « nous avons connaissance de plans pour réaliser des actions de provocation dans une zone qui n’est pas sous contrôle des forces syriennes, pour ensuite accuser Damas d’une prétendue attaque chimique ».

« De plus, durant les derniers jours, le mouvement terroriste État Islamique (EI) a apparemment transporté une grande quantité de substances toxiques vers des zones sous leur contrôle dans la région syrienne de Deir Ez Zor », a-t-elle signalée.

« Le transport se réalise vers des usines artisanales pour élaborer des projectiles, dont ceux qui peuvent contenir des substances chimiques », a-t-elle soulignée.

Zajarova a également mis en doute « les réels objectifs de la dénommée coalition antiterroriste qui dit avoir les dernières unités de l’EI encerclées dans la province de Raqqa, mais qui permet cependant le transport d’explosifs sous ses yeux ».

« Nous pourrions parler ici de position sélective de l’Occident au moment d’agir contre les groupes armés, ou même d’une certaine connivence avec quelques unes des organisations terroristes qui opèrent dans l’État du Levant », a-t-elle estimée.

« En pleine campagne médiatique de l’Occident, en particulier aux États-Unis, pour promouvoir des prétextes destinés à argumenter une action militaire contre la Syrie, il existe des analystes qui offrent des appréciations objectives des faits », s’est-t-elle prononcée.

Certains comme le professeur étasunien Scott Ritter, qui a publié un article dans l’American Conservative, considèrent de faux les arguments employés par Washington pour attaquer une base aérienne syrienne en avril dernier.

De fait, Zajarova a réitéré la demande du gouvernement russe pour que l’Organisation pour l’Interdiction des Armes Chimiques (OIAC) envoie des experts dans la localité de Jan-Sheijon, dans la province syrienne d’Idlib, et sur la base aérienne d’Al Shairat à Homs.

Mais elle a indiqué que « l’OIAC a élaboré un rapport, au sujet de ces faits, à partir de documents fournis par des organisations comme les Casques Blancs, connus pour la fabrication de fausses vidéos et leurs liens avec des terroristes ».

La diplomate a également dénoncé le fait que « les Casques Blancs se sont montrés cyniques lorsqu’ils ont manipulé des sentiments humains en publiant des images réalisées par des falsifications et des montages dangereux ».

peo/tgj/To

EN CONTINU
notes connexes