jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Discours anti-russe du vice-président étasunien Mickael Pence au Monténégro

Podgorica, 2 août (PL) Le vice-président étasunien, Mickael Pence, a profité de du sommet de la Charte États-Unis-Adriatique (A5) pour accuser la Russie de « déstabiliser les Balkans occidentaux et de tenter de dessiner par la force de nouvelles frontières internationales ».

Devant les chefs d’États et/ou de Gouvernement des membres de cette instance (Albanie, Croatie, Macédoine, Monténégro et Bosnie-Herzégovine), et de ceux des observateurs (Slovénie, Serbie et Kosovo), le haut-représentant de Washington a élevé sa voix pour les prévenir que « les actions de Moscou dans cette région ont pour but de porter atteinte à la démocratie et de prétendre vous diviser ».

« Même si les faits dont je parle devant vous n’ont pas été prouvés par les enquêtes réalisées », Pence a exprimé le fait que « des agents de Moscou ont agit pour influencer le résultat des élections monténégrines, ont attaqué le parlement, et presque tué le premier ministre dans le but de dissuader les citoyens à approuver l’intégration du pays à l’OTAN ».

Pence, qui a peu après terminé sa visite officielle de moins de 24 heures, a qualifié les leaders de Podgorica de « héros » pour être entrés dans l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord, puis l’a démontré en soulignant que « les portes sont ouvertes à de nouveaux investissements ».

Il a invité les gouvernements de la région intéressés dans la convention à « tisser ensemble le grand tapis de la liberté ».

« Et ici, en Europe, nous devons être combattifs et déterminés face à l’agression de pays imprévisibles qui jettent leur ombre depuis l’Est », a-t-il exprimé dans un langage similaire à ceux de la Guerre Froide.

Il a rajouté que les États-Unis rejettent « toute tentative de l’usage de la force, ou de pressions, dans cette région comme dans n’importe quelle partie du monde ». En référence au sanctions adoptées récemment, il a précisé que « les Balkans occidentaux doivent eux-même déterminer leur futur, raison pour laquelle je demanderai à nos alliés européens d’en faire de même pour que la Russie réponde de ses actes ».

peo/oda/rmh

EN CONTINU
notes connexes