lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Les États-Unis imposent de nouvelles sanctions à des banques et des citoyens nord-coréens

Washington, 26 septembre (Prensa Latina) Le gouvernement étasunien a annoncé de nouvelles sanctions à l’encontre de huit banques de la République Populaire Démocratique de Corée (RPDC) et de 26 représentants nord-coréens de ces entités en Chine, Russie, Libye et aux Émirats Arabes Unis.

Selon un communiqué du Département du Trésor nord-américain, « en conséquence de cette mesure, tous les biens et intérêts des personnes affectées seront bloqués ou sous contrôle des États-Unis ».

Le secrétaire de cette agence fédérale, Steven Mnuchin, a souligné que « nos objectifs sont les banques nord-coréennes et les gestionnaires de fonds qui les représentent dans le monde ».

Parmi les entité sanctionnées se trouvent l’Agricultural Development Bank, Hana Banking Corporation, International Industrial Development Bank et Jinmyong Joint Bank.

Ce pas supplémentaire est le premier depuis la décision du président étasunien, Donald Trump, communiquée il y a cinq jours, de faire de plus en plus pression sur la RPDC en raison de son programme nucléaire.

Lors d’un repas avec son pair sud-corréen, Moon Jae-in, et le premier ministre japonais, Shinzo Abe, le mandataire nord-américain a exprimé : « J’annonce un nouvel ordre exécutif qui étend significativement l’autorité pour poursuivre des individus , des compagnies et des institutions qui financent ou facilitent le commerce avec la Corée du Nord ».

Lors de la rencontre tripartite, tenue à New-York, le chef d’État a considéré « inacceptable que d’autres soutiennent financièrement Pyongyang alors que les États-Unis considèrent cette nation comme une menace ».

Selon Trump, son décret permettra également aux États-Unis d’identifier de nouvelles industries, y compris de textiles, de pêche et de manufactures, comme des cibles potentielles de futures actions.

Il a également adressé ses mises en gardes aux institutions financières du monde entier.

« Les banques étrangères auront un choix simple : faire des affaires avec les États-Unis ou faciliter le commerce avec le régime sans lois de la Corée du Nord. Et ils n’auront pas autant de commerce ! », a-t-il conclu.

peo/jcm/dsa

EN CONTINU
notes connexes