lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La complicité entre des médias privés et la corruption au Venezuela est dénoncée

Caracas, 27 septembre (Prensa Latina) Le procureur général du Venezuela, Tareck William Saab, a aujourd’hui dénoncé la complicité entre des médias de communication privés et la corruption passée sous silence par le Ministère Public durant la gestion de Luisa Ortega.

En conférence de presse, l’actuel responsable de cette entité a annoncé que, lors des semaines à venir, les médias qui protègent les responsables du réseau d’extorsion et de malversation qui a agi de 2010 à 2017, en collusion avec l’ancienne direction, seront démasqués devant l’opinion publique internationale.

Il a également qualifié la connivence de ces secteurs de la communication face aux irrégularités détectées à Petroleos de Venezuela (la plus importante entreprise pétrolière étatique du pays), pour lesquelles au moins huit fonctionnaires sont actuellement détenus, de « condamnable et répugnante ».

William Saab a également exposé de nouveaux détails du maniement illégal de monnaie librement convertible par le biais de la Commission de Gestion des Devises (Cadivi) et du Centre National du Commerce Extérieur (Cencoex).

À ce sujet, il a signalé qu’au moins 19 entreprises sont en relation avec cette affaire dans laquelle ont été détectés l’escroquerie d’importation, la surfacturation, la sous-facturation ainsi que des prix de virements frauduleux.

Il a informé que les citoyens Juan Miguel et Andres Lozano ont été détenus en tant que gérants de l’entreprise Bates Gil, laquelle a reçu de la part du Gouvernement national près de 15 millions de dollars pour des importations dont les prix étaient gonflés de près de 14 mille pour cent.

William Saab a précisé que « des perquisitions d’entreprises fantômes ou sans domicile fiscale qui ont obtenu des millions en devises à des prix préférentiels ont été réalisées », avant d’ajouter que plusieurs de leurs propriétaires sont des fugitifs recherchés par la justice.

peo/rc/lrd

EN CONTINU
notes connexes