dimanche 21 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Havane commémore l’attentat de 1976 à l’encontre d’un avion civil cubain

La Havane, 6 octobre (Prensa Latina) Les autorités, les étudiants et les citoyens ont aujourd’hui commémoré l’attentat commis le 6 octobre 1976, face aux côtes de la Barbade, contre un avion cubain en plein vol dans lequel 73 personnes sont décédées (57 cubains, 11 guyanais et 5 coréens).

C’est à cette date, il y a 41 ans, que s’est produite l’action à l’encontre de l’avion dans lequel voyageaient, entre autres, les jeunes membres de l’Équipe Nationale d’Escrime de Cuba, et qui a été organisée avec la complicité des États-Unis par des éléments anti-cubains établis à Miami.

Lors de la cérémonie, Haymel Espinosa, fille du copilote de l’appareil saboté, Miguel Espinosa, a réitéré la condamnation de cet acte terroriste de la part de Cuba et des familles des victimes.

En diverses occasions, Cuba a dénoncé le fait que le terroriste international Luis Posada Carriles, auteur intellectuel de l’attentat, vit tranquillement et bénéficie de protection dans la ville étasunienne de Miami ; et ce sans regretter les crimes qu’il a commis.

À ce sujet, et au nom des familles de victimes, Espinosa a fait référence aux déclarations récentes du président des États-Unis, Donald Trump, dans lesquelles il a exprimé que « l’asile, le financement, et tout type d’aide doit être refusé aux terroristes », puis qu’ils doivent être « expulsés de chaque nation » et qu’il faut « responsabiliser les pays qui les soutiennent ».

Selon Espinosa, ces mots sont un manque de respect envers les cubains, qui ont été victimes du terrorisme d’État, sans compter l’exemple de Posada Carriles qui vit impunément dans la nation nord-américaine.

« Monsieur Trump, depuis 1959 Cuba a souffert d’actions terroristes mises en place par des groupes terroristes résidant dans votre pays ; le bilan est de 3 478 morts et de 2 099 personnes dont l’intégrité physique a été brisée », s’est-elle exprimée.

« Ce n’est pas trop demander que justice soit faite et que soit jugés les professionnels du terrorisme, qui depuis votre pays n’ont jamais cessé d’utiliser des méthodes odieuses à l’encontre de notre peuple, ni de détruire l’économie d’un pays dont n’est jamais sorti de son territoire ni même un seul gramme d’explosif pour le faire exploser aux États-Unis », a-t-elle ajouté.

À Cuba, le 6 octobre est officiellement considéré comme la Journée des Victimes du Terrorisme d’État.

peo/oda/tgp

EN CONTINU
notes connexes