jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’ONU demande d’enquêter sur les violences au Cameroun

Nations Unies, 6 octobre (Prensa Latina) L’Office du Haut Commissaire de l’ONU pour les Droits de l’Homme a exhorté le gouvernement du Cameroun à enquêter sur la violence qui a fait au moins 10 morts dans le l’Ouest et le nord-Ouest du pays le 1er octobre dernier.

Le porte-parole de l’organisme, Rupert Colville, a précisé lors de déclarations à la presse que les enquêtes doivent être rapides, effectives, impartiales et indépendantes pour pouvoir avoir des résultats appropriés.

Selon lui, des sources crédibles indiquent l’usage excessif de la force pour réprimer des protestations de la communauté anglophone de la part des corps de sécurité.

Dimanche dernier, des zones du Cameroun, plus particulièrement les villes de Kumba et Buéa, ont été la scène de manifestations et d’affrontements avec l’Armée et la Police. Les manifestants réclament l’abrogation d’une mesure qui oblige les juges, les avocats et les enseignants, de zones à majorité anglophone, à utiliser le français pour les documents officiels et qui interdit l’usage de l’anglais dans les émissions des radios locales.

Colville a réitéré les préoccupations exprimées il y a trois jours par le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, qui avait également plaidé en faveur d’enquêtes au sujet des incidents.

Le porte-parole a rappelé que les protestations et l’escalade des tensions sont présentes dans des zones anglophones du pays africain depuis plusieurs années, et qu’un grand nombre de leurs habitants dénonce une discrimination en faveur des francophones.

« Nous appelons les autorité au calme, et à prendre des mesures pour éviter plus de violence. Les personnes ont droit à la manifestation pacifique », a-t-il ajouté.

Colville a reconnu que dès dimanche dernier, le président camerounais, Paul Biya, a condamné toutes les formes de violence et a appelé au dialogue pour trouver une solution durable à la crise.

peo/rc/wmr

EN CONTINU
notes connexes