lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La tension diplomatique entre la Turquie et les États-Unis s’accroit

Ankara, 9 octobre (Prensa Latina) Le gouvernement de la Turquie a aujourd’hui convoqué le sous-secrétaire de l’ambassade étasunienne de cette capitale, Philip Kosnet, compte tenu de l’absence de l’ambassadeur dans le pays, dans le but de faire retirer la mesure qui suspend le service des visas.

Le Ministère des Affaires Étrangères turc a fait part à Kosnett de la nécessité de rétablir la délivrance de visas pour « éviter une escalade inutile de la tension et de la victimisation ». Dans le même temps, le vice-secrétaire de la chancellerie d’Istanbul, Ümit Yalcin, a discuté par téléphone avec l’ambassadeur nord-américain, John Bass, et l’a exhorté à revoir sa posture.

La mesure adoptée par la mission diplomatique étasunienne a été annoncée hier, et mise en pratique aujourd’hui, pour protester contre la détention de l’un de ses fonctionnaires locaux, Metin Topuz, rattaché au Consulat d’Istanbul, qu’Ankara accuse d’espionnage et de lien avec les organisateurs du coup d’État échoué de juillet 2016 en Turquie.

Lors de déclarations à la presse, le ministre de la Justice, Abdülhamit Gül, a dit avoir confiance en ce que « les autorités étasuniennes reviennent sur leur décision d’annuler la délivrance de visas », tout en précisant que la détention de Topuz mercredi dernier n’a pas été une décision du gouvernement mais du pouvoir judiciaire.

De plus, le quotidien Hürriyet a informé qu’il existe un nouvel ordre d’arrêt de la part du Ministère Public à l’encontre d’un second fonctionnaire du Consulat des États-Unis à Istanbul, et que ce dernier n’a pas été détenu car il se trouverait à l’intérieur du bâtiment depuis hier.

Le ministre a dit ne pas avoir connaissance de ce mandat judiciaire, mais a quoiqu’il en soit qualifié d’«  inappropriées » et de « regrettables » les remarques de l’ambassadeur étasunien, John Bass, qui a déclaré, suite à la détention de Topuz, que « certains, au gouvernement, cherchent davantage la vengeance que la justice ».

peo/mem/acm

EN CONTINU
notes connexes