lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Assassinat d’un leader social en Colombie

Bogotá, 18 octobre (Prensa Latina) Le service de Défense du Peuple de Colombie (Defensoría del Pueblo) a aujourd’hui condamné l’assassinat du leader social José Jair Cortés, qui a eu lieu dans la localité bouleversée de Tumaco, dans laquelle sept paysans ont été tués il y a deux semaines.

Ladite instance étatique a précisé sur son compte Twitter que « nous dénonçons l’assassinat de Jose Jair Cortes, membre du Conseil Communautaire d’Alto Mira y Frontera. Nous exigeons que les faits soient élucidés ».

Selon la Defensoria, depuis janvier 2016, 190 leaders sociaux ont été assassinés en Colombie.

L’Office des Droits de l’Homme de l’ONU a également répudié le crime du leader afro-colombien, dont elle a souligné « connaître le travail humanitaire » à Tumacao, département de Nariño, situé au sud-ouest du pays.

Cortes a été retrouvé mort la veille, et ce malgré le service de l’Unité Nationale de Protection dont il bénéficiait et l’appel qu’avait lancé la Defensoria pour « renforcer les mesures de sécurité dans le but de préserver sa vie et celles d’autres leaders sociaux de la zone ».

Le gouverneur de Nariño, Camilo Romero, a exigé une « enquête urgente au sujet de ce crime ».

« Nous sommes profondément touchés par cette mort, précisément quelques jours après nous être réunis, à Tumaco, avec lui et le reste des membres de cette Assemblée de Gouvernement correspondante au territoire où les douloureux faits ont récemment eu lieu (…) et qui sont toujours la matière d’une enquête », a-t-il exprimé.

Lors d’un entretien avec Caracol Radio, le directeur de la Fondation pour la Paix et la Réconciliation, Léon Valencia, a jugé que « la crise sociale et de l’ordre public que vit la commune de Tumaco au sujet de l’éradication des cultures illicites (de coca) peut se répandre dans 10 autres communes de Nariño et dans d’autres départements comme ceux de Norte de Santander, Antioquia et Caquetá ».

Valencia a affirmé que « des bandes criminelles, comme le dénommé Clan du Golfe, sont présentes sur le territoire où a eu lieu l’homicide ».

Nariño est en tête de la liste des départements avec la plus importante quantité de culture de coca, avec près de 43 mille hectares qui représentent 29 pour cent du total national. Il est suivi par Norte de Santander et Putumayo avec 25 mille hectares, Cauca avec plus de 12 mille hectares et Antioquia avec quelques 9 mille hectares.

Selon les Nations Unies, la Colombie est le principal producteur et exportateur de cocaïne au monde.

peo/oda/tpa

EN CONTINU
notes connexes